En bordure du village, le château-ferme de Spontin s’étale le long du Bocq qui, grâce à quelques retenues d’eau, se transforme en larges douves autour de la vieille demeure seigneuriale, des douves jadis bien plus importantes.

Le Bocq.

Classé le 14 janvier 1950 à la fois comme monument et site, le château illustre l’évolution d’une habitation seigneuriale du Moyen Âge à nos jours. À l’origine, vers le xiie siècle, le château de Spontin est une simple tour défensive carrée, dans la vallée du Bocq, destinée à protéger les usagers de l’antique voie romaine Dinant-Huy.

Le centre géographique de la Wallonie se situe sur le territoire de Spontin, un peu au sud-ouest du village, dans les bois, un petit monument y a été érigé pour indiquer aux promeneurs où se trouve le lieu exact.

Il est symbolisé par une sculpture en pierre bleue d’Élie Noirot (2006), représentant deux roues de moulin désaxées, ornant le parc d’attractions réaménagé le long de la ferme du château.

Monument aux morts.

Ce gros village est traversé par le Bocq, un affluent de la Meuse (rive droite).

Deux moulins à blé ont coexisté à Spontin au XIXe siècle. 

L’ancien moulin seigneurial et banal y fonctionnait encore jusqu’au début du XXe siècle.
Incendié en 1914, il n’a jamais été restauré ; converti au XXe siècle en garage, on ne peut plus deviner son existence de moulin qu’en raison du maintien des vannes, de la chute d’eau et du bief qui le traverse toujours en souterrain.

L’autre moulin de Spontin, dit du château, construit en pierre calcaire en aval du château en 1868, est plus récent et plus développé technologiquement.

Le moulin fut construit en pierre bleue et fonctionna jusque 1953.

Au rez-de-chaussée, se trouve l’énorme roue à aubes aux armatures en fer qui est abritée dans le bâtiment, ce qui est rare et même exceptionnel. Elle est impressionnante par ses dimensions, plus de 6m de diamètre. Elle comporte 48 aubes et fait tourner l'arbre central à partir duquel le mouvement est entraîné dans tout le moulin jusqu'au grenier.

et à côté l’ensemble des engrenages.

Au 1er étage, se situent les 4 meules qui permettaient de moudre la farine de froment et d’aplatir l’orge pour le bétail.

Chaque paire de meules est constituée de deux pierres : la meule gisante, encastrée dans le beffroi du moulin, et la meule tournante qui est mise en mouvement pour broyer le grain. Elle est faite de pierre meulière apparentée au silex.

Le 2nd étage contient aussi le reste de l’outillage dont la décortiqueuse d’épeautre, ce qui rend l’installation quasi complète. L'épeautre est une céréale à très haute tige. Il a la particularité d'avoir une balle (enveloppe de grain) très dure. Il fallait donc, au préalable, ôter cette balle en le passant dans la décortiqueuse.

La balle de grain servait à rembourrer des matelas pour les hôpitaux, les asiles et tous les endroits où la literie devait être remplacée régulièrement et à peu de frais.

 

 


La statue de Ste-Catherine a été offerte par Denise Tasiaux, la dernière meunière, lors de la remise en fonction du moulin. Catherien d'Alexandrie subit le supplice de la roue...et devint la sainte patronne des meuniers.


Spontin fut jadis la perle de la Vallée du Bocq… 

Spontin est connu depuis l’antiquité pour ses sources dont les eaux ont des vertus curatives. L’Académie Royale de Médecine de Belgique reconnaît leurs qualités. Les eaux des sources "la Duchesse" et "la Clairchant" sont mises en bouteilles à Spontin. 

L’usine d’embouteillage des Sources de Spontin, qui a fait la réputation du village dans l'ombre de la maison-mère de Spa, se trouvait à l’écart du village vers Durnal, dans un cadre magnifique. Depuis 2010, elle est aujourd'hui fermée et malheureusement laissée à l'abandon, victime de plusieurs dégradations volontaires.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×