Un jacquemart ou jaquemart est un automate d’art représentant un personnage sculpté en bois ou en métal, qui indique les heures en frappant une cloche avec un marteau sur une horloge placée à la partie supérieure d'un édifice, d'un beffroi ou d'une église.

Les jacquemarts remontent au XIVe s.

On retrouve des jacquemarts en Europe, notamment en France, Angleterre, Italie, Allemagne, Espagne, Pays-Bas, Pologne, Suisse, Croatie, Hongrie et Belgique.

Quelle est l’origine de ce mot ? Les avis divergent, on parle d’un inventeur flamand du nom de Jacques Marc, on évoque la jaque, sorte de tunique large rendant plus aisés les mouvements des ouvriers et dont sont revêtus certains automates. D’autres pensent au mannequin utilisé par les archers et les arquebusiers comme cible lors de leur entraînement.


  BRUXELLES - Carillon du Mont des Arts                            

Le Jacquemart du carillon du Mont-des-Arts est un automate de bronze de 2,80 mètres de haut qui représente un bourgeois de Bruxelles coiffé d'un haut-de-forme à la mode de 1830. Cette sculpture est signée Henri Albada. Le bourdon est la cloche de 1750 kg au son grave qui l’accompagne. Après plusieurs mois d’absence, ils viennent d’être restaurés et replacés sur leur piédestal.

    BRUXELLES - Eglise Notre-Dame du Sablon


Dans le croisillon nord du transept, un jacquemart du XVe siècle sonne les heures.​ Il ne se trouve donc pas à l'extérieur de l'église.


NIVELLES - Jacquemart sur la collégiale Sainte-Gertrude

La tourelle sud  de la collégiale Sainte-Gertrude porte le fameux jacquemart appelé Jean de Nivelles, un automate en laiton doré de 2 mètres de haut et qui a été déplacé en 1617 de l'ancien hôtel de ville vers cette tourelle. Il pèse 350 kg.

Probablement créé vers l’an 1400, ayant connu divers bâtiments à commencer par l’ancien hôtel de ville, il reçut son surnom probablement lors de son transfert définitif en haut de la collégiale, symbolisant le type populaire du gai luron, de l’homme d’esprit plutôt frondeur, peut-être aussi du chipoteur, sobriquets convenant somme toute assez bien aux Nivellois. 

En 1525, on le surnomme "l'homme qui frappe les heures" et en 1535 "l'homme de keouvre" (cuivre).

Autre élément légendaire au 15ème siècle vivait un seigneur de Nivelle (en France ?), lequel refusa de marcher contre le duc de Bourgogne, se dérobant à toute sollicitation, ce qui fit naître la locution bien populaire "il ressemble à ce chien de Jean de Nivelles qui s’enfuit quand on l’appelle"… Une flopée de chansons sont issues de ce thème, mais la gloire en rejaillit au fil des siècles sur le jacquemart, figeant la confusion entre les deux personnages, ce dont personne ne se plaindra.

Jean de Nivelles sonna les heures jusqu'au début du XVIème siècle. En 1702, une horloge munie de quatre grands cadrans fut placée dans la tour centrale de la collégiale.
À partir de cette époque, la grosse cloche de la tour sonna les heures tandis que Jean ne battait plus que les demies en frappant de son marteau une cloche placée à côté de lui.​

En 1940, Nivelles est bombardée. Jean de Nivelles est épargné. Pendant quatre ans, il  reste sur la tour, mais il est mitraillé: son casque, sa tête et son corps sont criblés de balles.
Aujourd'hui, restauré, il surveille la ville.


COURTRAI - Deux jacquemarts sur le beffroi

Le beffroi de Courtrai est un beffroi situé au centre de la Grande Place de Courtrai.

Il est classé depuis 1999, patrimoine mondial de l’UNESCO.​

 

 

 

 

Sur le côté Est du clocher se trouvent les plus anciens citoyens de la ville: Manten et Kalle, les dénonciateurs du beffroi.

La taille des jacquemarts est comprise entre 1m60 et 1m65. Ils pèsent respectivement 32 et 36 kg. 

Ce système était déjà connu au Moyen Âge pour l'ingéniosité du carillon. La statue originale de Manten a été enlevé à Dijon en France en 1382 par Philippe le Hardi, duc de Bourgogne (après la bataille de Roozebeke), où il se trouve encore sur la tour de l'église Notre-Dame

Au Moyen Âge, la "Kalle" était la femme la plus haute placée de Courtrai. Dans le dialecte ouest-flandrien d'aujourd'hui, c'est plutôt une insulte désignant une femme bête ou méchante.​


DINANT - Ange-jacquemart sur le campanile de l'abbaye Notre-Dame de Leffe

L’Abbaye Notre-Dame de Leffe est une abbaye de l’ordre des Prémontrés, c’est un quartier de Dinant, sur la rive droite de la Meuse. Fondée en 1152, elle est toujours habitée, par une communauté de chanoines prémontrés, appelés aussi norbertins.

En 1934, l’abbé Molitor de Leffe et sa famille ont offert 5 cloches ainsi qu’un jacquemart.
Ils furent installés dans le campanile. Le carillon actuel possède 8 cloches.

Le cadran en laiton d’un diamètre de 103 cm avec des chiffres romains d’une hauteur de 22 cm, possède des aiguilles du même métal, 42 cm(h) et 52 cm(mn).

L'ensemble à subit une grosse rénovation. L'ange a été complètement démonté, sablé, repeint et redoré à la feuille d'or. Il s'est aussi offert un nouveau marteau à tirette.

C'est lui qui rythme la vie du voisinage en sonnant les heures, les demi-heures et les quarts d'heure.

Je remercie la photographe du site M en Folie pour sa précieuse collaboration.

N'hésitez pas à prendre contact avec eux si vous avez besoin de cartes de visite, de flyers, d'impressions et broderies sur tissus, de sets de table, reportage photos...

Une équipe jeune et dynamique sera à votre écoute.

Et si vous passez un jour à Dinant ou Leffe, voici un site pour vous guider et découvrir le patrimoine ou la gastronomie locale...

Cliquez ICI

 


 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×