Photos prises en Juillet 2018

Le château Coloma, situé à Leeuw-Saint-Pierre, est un château datant du 17e siècle. Il est édifié au milieu d'un plan d'eau. Le parc du château a une superficie de 15 hectares. 

Le château situé sur le domaine a hébergé pendant longtemps plusieurs générations de familles issues du milieu aristocratique.

Le domaine doit son nom à Karel de Coloma, chambellan de la reine et impératrice Marie-Thérèse d’Autriche. Il est devenu lui-même propriétaire du château de par son mariage avec la baronne Eugenia Roose.

Après la Seconde Guerre mondiale, le château a fait office de pensionnat. 

En 1982, le parc a été remis à la Région flamande. Le château a ensuite été acheté par la commune de Leeuw-Saint-Pierre en 1984.

Après avoir fait l’objet de travaux de restauration et de rénovation, le château abrite à présent un centre culturel.

Le jardin s’est développé au fil des ans pour se transformer en une magnifique roseraie. Malheureusement, lors de ma visite, la sécherresse n'a pas mis en valeur les rosiers...

Une rose japonaise.

Le jardin japonais.

Le jardin chinois ouvert en 2012.

L’idée de créer une promenade parsemée de fleurs est alors rapidement apparue, de même que celle de disposer d’un jardin retraçant l’histoire de la rose à travers les siècles et d’un jardin international.

Ces derniers ont été ouverts au public en 2000.

Il faut plusieurs années aux obtenteurs de roses pour développer une nouvelle variété de fleur. En pollinisant, croisant, cultivant et sélectionnant à la main une ou plusieurs plantes résultant de plusieurs milliers d’essais, ils parviennent par la suite à les multiplier. Après une période de test qui peut durer plusieurs années, les roses peuvent être commercialisées. Les obtenteurs disposent d’une licence sur leur nouvelle création. Ils peuvent alors la cultiver et la distribuer dans le monde entier. Le nom revêt donc une importance capitale. Les nouvelles variétés de roses portent généralement le nom d’une personne célèbre.  L’acteur Louis de Funès, la Reine Mathilde, les peintres Picasso et Monet ont tous une rose à leur nom.
Coloma s’est développé pour devenir l’une des roseraies les plus importantes au monde.

Un héron à l'affût d'un poisson.

De jeunes oies du Nil.

L’étang rectangulaire,

le canal et les grandes allées témoignent encore du parc symétrique à la française d’origine.

Isolée sur une colline, la tour carrée, daté de la fin du 18e siècle, rappelle le donjon d’un ancien manoir. Elle accueille un petit musée de la rose.

Au sud, les jardins ont fait place, à la fin du 18e siècle, à un parc à l’anglaise légèrement vallonné avec ses grandes pelouses parsemées d’arbres solitaires et ses chemins ondoyants.

 
Disséminés dans le parc, on peut encore voir les anciennes écuries converties aux besoins de la roseraie voisine.

Le puits devant les écuries.

La remise datant de 1731, de style renaissance, présente une arcature sur colonnes doriques, de jolies portes et des fenêtres en plein cintre à meneaux. Elle abrite aujourd’hui une agréable taverne.

Une des entrées du domaine (rue Joseph Depauw)

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Divin Voyageur 20/07/2018

Très beau reportage sur notre patrimoine, Merci

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site