La salle des urnes 


Sur les murs, tout autour, vous pouvez lire les noms de tous les prisonniers connus du camp. Ils venaient de toutes les régions du pays, de Flandre, de Bruxelles ou de Wallonie. Parmi eux, il y avait aussi des étrangers. Les urnes contiennent des cendres issues des camps où furent envoyés les personnes qui transitèrent par Breendonk.


Le fort fut évacué une première fois le 6 mai 1944. Dans les semaines qui suivirent, les Allemands y amenèrent d'autres prisonniers, tous résistants. Le camp fut définitivement évacué le 30 août 1944 et tous les prisonniers transférés à Vught, en Hollande avant d'être évacués vers l'Allemagne. Les alliés arrivèrent à Breendonk le 3 septembre 1944. Le camp était vide.

Après sa libération en 1944, le fort de Breendonk a été reconverti en camp pour prisonniers collaborateurs des nazis ainsi que pour certains SS. La détention du fort étaient au main de la résistance belge. Mais en octobre 44 le Fort fut fermé pour ne pas reproduire ce que les nazi avaient produit durant la guerre.

3.500 personnes ont été détenues au Fort de Breendonk et ont souffert du régime politique nazi. Sur ces 3.500 prisonniers, 164 on été fusillés, 21 on été pendus et une centaine sont morts de la torture et de l'épuisement.

Le fort de Breendonk a été transformé en mémorial en 1947.


Le procès Schmitt

Le 20 novembre 1945, Schmitt est trouvé dans une prison de Rotterdam et transféré en Belgique.

Son procès débute du procès devant la Cour martiale, à Anvers le 2 août 1949. Trois mois plus tard, il est condamné à mort. Son appel, son recours en cassation et sa grâce ayant été tous refusés, il est exécuté à Hoboken, le 8 août 1949. Ce fut la dernière exécution capitale en Belgique et Schmitt fut le seul et unique criminel de guerre nazi étranger condamné à mort et exécuté sur le sol belge.


Suite au jugement rendu par le tribunal militaire réuni à Malines, douze des bourreaux de Breendonk sont condamnés à mort et exécutés le 12 avril 1947 . Il s’agit de Fernand Wijss, Marcel De Saffel, Adolphus Lampaert, Jan Pellemans, Felix Brusselaers, Eugène Raes, Petrus Van Praet, Karel Carleer, Walter Obler, Sally Lewin, Guillaume Hermans et Georges Vermeulen. De nombreux autres sont condamnés à des peines de prison.

 

Un site qui vous montrera des photos du journal Le Patriote Illustré relatant le procès de Malines 


La visite se termine en passant devant un wagon qui a servi à transporter des juifs vers les camps de concentration.

Il n'y a jamais eu de voies de chemin de fer à Breendonk. Les prisonniers étaient transportés par camion vers les gares belges.

 


Pour compléter votre information, voici quelques sites que je vous recommande Clin d'œil

 Le site officiel du Mémorial

Une visite virtuelle du Mémorial du Fort de Breendonk

 Quelques réponses aux questions relatives à l’histoire les plus souvent posées aux historiens du Mémorial.

Le Fort de Breendonk sur Wikipedia

Les dossiers pédagogiques du Mémorial  

 

J'ai utilisé les renseignements édités dans ce dossier pédagogique pour commenter mes photos.  


 

 

 

 

Commentaires (3)

1. gatto pascal 17/05/2014

très beau reportage qui nous prend et nous renverse , une histoire vraie qui nous montre à quel point l'homme peut être cruel.

2. den 11/05/2014

Écrire pour ne pas oublier, écrire pour rendre compte du vrai visage de la guerre, pour ne jamais oublier ces personnes qui ne sont jamais revenues.

3. Divin 11/05/2014

Magnifique reportage, enfin si l'on peut dire...
Je suis étonné et abasourdi en même temps quand j'entend que des congrès antisémite se font à Bruxelles de nos jours, le dernier datant du 5 mai 2014...

Les bêtes n'agissent pas de manière aussi cruelle et stupide.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site