Le parc Tournay-Solvay est un lieu chargé d'histoire depuis son occupation, il y a 7.000 ans, par la même peuplade d'hommes préhistoriques que celle de Spiennes, près de Mons. 

Les étangs de Boitsfort se situent à Watermael-Boitsfort entre la forêt de Soignes et le parc Tournay-Solvay. La zone est reconnue comme site Natura 2000 et fait l’objet d’une gestion centrée sur le développement de la nature et de la biodiversité.

Le Domaine des Silex doit son nom à la découverte, il y a près d’un siècle, d’un site néolithique en forêt de Soignes qui livra des tessons de céramique et de nombreux vestiges lithiques (haches polies, grattoirs, pointes de flèches, broyeurs…), conservés aujourd’hui pour la plupart aux Musées royaux d’Art et d’Histoire. 

En d'autres temps, ce site fut le point de départ de nombreuses chasses dans la forêt de Soignes. Celles-ci étaient pratiquées par de grands seigneurs, princes et empereurs, tels Maximilien d'Autriche et Charles-Quint.

Un tronçon de la Promenade Verte a été aménagé en semi-site propre sur le chemin des Silex, le long de l’étang de Boitsfort, pour relier la forêt de Soignes et parc Tournay Solvay au quartier du Coin du Balai.

Comme tant d’autres joyaux bruxellois, le Domaine des Silex était, à l’origine, une des multiples propriétés privées du Roi Léopold II mais,depuis 1903, il appartient à la Donation royale.

Etang du moulin.

En face du grand étang de Boitsfort, de l’autre côté de la chaussée de La Hulpe, se trouvait aussi le moulin banal qui tournait grâce aux eaux de la Woluwe s’écoulant de l’étang. Attesté déjà au 13e siècle dans les textes, il fut démoli en 1867. En raison de la concurrence faite par les moulins voisins du prieuré de Val Duchesse et de l’abbaye du Rouge-Cloître, il ne fut pas toujours rentable pour les meuniers qui le prenaient en location. La présence de ce moulin explique pourquoi l’étang était autrefois appelé "étang du Moulin".

On a dénombré plus de 300 sortes d'oiseaux sur le site. 

Un mur en bois, percé de trous, accueille les hirondelles de rivage sur le site naturel. Pour nicher, l'hirondelle de rivage choisit des berges sablonneuses, où elle creuse son nid.
Construit en bois, ce mur percé de trous renferme une épaisseur de sable en son coeur. Les hirondelles qui se faufilent par ces ouvertures peuvent alors creuser dans le sable pour s'y installer.

Poursuivons notre promenade dans le parc Tournay-Solvay, trésor méconnu du sud bruxellois et vestige de la splendeur industrielle belge.

Le parc est aménagé en 1911 par l'architecte de jardins Jules Buyssens, qui réalise également la roseraie classique en 1924.

Passerelle métallique datant du 19e siècle, menant vers le château.

Vue sur l'étang depuis la passerelle.

En 1878, Alfred Solvay, frère et associé de l'industriel Ernest Solvay fait construire une maison de campagne sur le site, style néo-Renaissance flamande, avec une alternance de pierres blanches et de briques rouges.

Il porte également le nom de l’avocat bruxellois Emile Tournay, mari de Thérèse Solvay, fille et héritière d’Alfred.

Après le décès de Thérèse Tournay-Solvay, la fille d'Alfred Solvay, la propriété est vendue en 1972 par ses héritiers à une société immobilière qui souhaite construire des bureaux. Le projet n'ayant pas abouti, la propriété reste à l'abandon jusqu'à son rachat par la Région bruxelloise en 1980. Elle est ouverte au public l'année suivante. En 1982, le château est ravagé par un incendie d'origine criminelle, qui le réduit, faute de réaction des pouvoirs publics, à l'état de ruine.

 

 

Kelda, éternel printemps de Thérèse Chotteau (1998) célèbre le souvenir d’une jeune fille, morte dans la fleur de l’âge, Kelda Spangenberg (1974-1996), à qui ses parents endeuillés ont voulu témoigner leur attachement.

Sur un socle qui reproduit son écriture – un court texte qui parle de la nature et des choses qu’elle aimait - se dresse un portrait, qui est aussi une métaphore de l’éternelle enfance : en bronze patiné dans les tons verts sous les frondaisons, elle nous apparaît sous la forme d’une elfe moderne, silhouette élancée effleurant du doigt une feuille de chêne aussi grande qu’elle.

 

 

 

 

Le jardin potager-fruitier est restauré par l'architecte-paysagiste Jacques Boulanger-Français en 1985.

Le potager était divisé en quatre parties avec, au centre, un bassin destiné à récolter les eaux d’arrosage.

Maison du jardinier en chef, qui gérait de main de maître l’ensemble des jardiniers occupés à l’entretien du domaine.

Sur le toit un très beau pigeonnier.

Le verger avec des variétés de pommes très anciennes.

Le parc abrite aussi le Centre Régional d’Initiation à l’Écologie (CRIE) dans les anciennes écuries, animé par l’asbl Tournesol-Zonnebloem.

La Villa Blanche, datant du début du 20e siècle, construite en style art nouveau et transformée par l’architecte Alban Chambon. Elle était destinée à abriter les amis de la famille Tournay-Solvay. Restaurée, elle est occupée aujourd’hui par la Fondation européenne pour la sculpture.

Au centre de cette partie anglaise du parc se trouve la fameuse roseraie des Solvay, construite en ronds et plateaux de circulation qui s'enfoncent vers le point central : une colonne finement sculptée portant un cadran solaire. Pour y accéder, on marche sur quatre pierres tombales de familles nobles. C'est le lieu préféré des amoureux, des retraités...

Cette roseraie fut restaurée et même reconstruite par la Région Bruxelloise. Tout y est soigné : les roses aux variétés diverses, les bancs en bois et les bassins d'eau, pourvus d'escaliers (pour les grenouilles !)

Le gouvernement de Veracruz, berceau de la culture olmèque, a offert au gouvernement belge la tête Olmèque n° 8 trouvée à San Lorenzo dans l'état de Veracruz.

Les grandes variations du relief, l'abondance d'arbres à haute tige, l'implantation subtile et discrète des bâtiments confèrent à l'ensemble de cette zone des qualités paysagères indéniables ainsi qu'une impression d'intimité et de mystère. 


Quelques champignons trouvés ça et là lors de la promenade en octobre 2015


 

 

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. pascal 27/12/2015

La tête a un air de guerrier , ce que j'aime ce sont la vue des arbres colorés et la parcelle qui conduit au château . ps je croquerai volontiers la pomme .SUPER

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site