Dernière partie de la maison à découvrir : les combles.

Entrons de plain-pied dans le monde de l'imaginaire  !!!!!

Un curieux personnage nous attend sur le palier, imperturbable...le parapluie sur l'épaule...

La porte juste en face de l'escalier possède un judas optique qui nous laisse découvrir cette machine à écrire complètement fantaisiste, qui probablement ne sert à rien !

Dirigeons-nous maintenant vers la droite, juste derrière le personnage : l'entrée du grenier.

Autre occupant insolite de la Maison Autrique, l'inventeur et rénovateur des transports Axel Wappendorf semble avoir travaillé plusieurs années durant dans les combles de la Maison Autrique.

Un ensemble significatif de dessins, maquettes et prototypes de plusieurs de ses inventions ainsi que des vestiges de sa vaste bibliothèque ont pu être rassemblés à l'endroit où ils avaient été imaginés. Malheureusement, les engins les plus performants, ceux qui avaient fait la réputation de l'inventeur, n'ont pu être retrouvés.


C'est en 1996 que François Schuiten et Benoît Peeters s'aperçoivent qu'est mise en vente l'ancienne maison Autrique laissée à l'abandon depuis plusieurs années. Or le dessinateur et le scénariste des Cités obscures, une série majeure dans la bande dessinée contemporaine, revendiquent leur passion pour l'architecte bruxellois depuis leur premier album, Les Murailles de Samaris, où la ville de Xystos se distingue par son architecture très Art Nouveau. La commune de Schaerbeek rachète le bâtiment et confie sa rénovation aux deux amis.

Leur projet, écrivent-ils dans un ouvrage publié en 1997, De la Maison Autrique à la maison imaginaire (Les Piérides), est d'en faire « une sorte de « maison des maisons », hommage à l'architecture privée bruxelloise en même temps que porte de l'imaginaire ». Soit confronter l'univers d'Horta au leur.

Ils vont ainsi restaurer le rez-de-chaussée et la cage d'escalier tels que l'architecte les avait conçus tout en réaménageant certaines pièces en conformité avec leur propre monde dessiné, recréant par exemple l'atelier du peintre Augustin Desombres ou l'antre de l'inventeur aussi infatigable que malchanceux Axel Wappendorf.

Ce bâtiment est classé depuis le 30 mars 1976. 

La Maison Autrique accueille des expositions temporaires et des manifestations ponctuelles, tels des concerts, rencontres, débats, lectures, dîners, visites contées.

 

Commentaires (2)

1. gatto pascal 06/10/2014

une maison pleine de richesse incroyable et toujours aussi resplendissante que dans le temps, une mosaïque qui n'a pas perdu une seule de ses pierres . Ce lieu doit être magique car rien ni personne ne la abîmé durant ces années ( le mystère, ce sont ces personnages blanchâtres, qui sont les anges gardiens de cette jolie demeure ) merci

2. Elodie 05/10/2014

Très belle maison de l'art nouveau. Une chance qu'elle est pu traverser les années en restant aussi intacte. Merci pour cette découverte ☺:-)

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×