Près de l’église Notre-Dame de Laeken à Bruxelles, le square du 21 juillet abrite le mémorial Reine Astrid, quatrième reine des Belges, tragiquement disparue en 1935 dans un accident de voiture à Küssnacht en Suisse avec son mari Léopold III (qui en sortira indemne). 

 

 

 

Le classicisme des aménagements et l’atmosphère des lieux invitent au calme et au recueillement. Avec sa ceinture de grands arbres, l’endroit est vraiment apaisant. 

A l'origine, le parc n'offrait pas le même aspect. Tout commence quand le roi Léopold II émet le souhait d'assainir et d'embellir les environs immédiats du Domaine royal de Laeken. Il achète un certain nombre de terrains et fait exproprier quelques bâtiments, pour la plupart insalubres. Le 6 octobre 1905, le conseil communal de Laeken approuve un plan pour l'élargissement de la rue des Vignes et la démolition des taudis dans le quartier avoisinant.

L'exécution du plan est toutefois interrompue par le décès du roi. Finalement en 1938, l'élargissement de la rue des Vignes est réalisé et un parc est aménagé. 

Inauguré le 21 juillet de cette année-là, le square en gardera le nom.

C'est l'architecte français Charles Girault, ayant rénové le palais sur ordre du roi, et déjà auteur du musée de Tervueren et de l’arcade du Cinquantenaire, qui en dessine les plans : un square en forme de pointe de flèche traversé en son centre par une allée centrale avec des pelouses de part et d’autres et des arbres le long des chemins latéraux.

Vue vers l'église Notre-Dame de Laeken depuis le Mémorial.

L'accès au Mémorial débute par une double allée majestueuse, alignée sur les ailes latérales du monument.

Elle est bordée de tilleuls palissés. Au milieu trône un hêtre pourpre (arbre remarquable) qui déploie sa large couronne sur une vaste pelouse, délimitée par des ifs taillés.

Entre les deux allées latérales et la pelouse s'étalent deux douzaines de parterres.

Le Mémorial Reine Astrid


En 1938-1939, un mémorial à la reine Astrid décédée depuis peu, est érigé au bout des allées selon les plans de l’architecte Paul Bonduelle. Il s’agit d’une colonnade en pierre naturelle à laquelle on accède par deux marches, encadrant une niche circulaire où se trouve la statue de la reine. Le toit et la coupole de la niche sont en cuivre. Le monument a été restauré en 2005 par la Régie des Bâtiments.

Sa Majesté la Reine Astrid 
Au centre du mémorial, dressée sur un socle portant l’inscription latine "Nobillissimae ac dulcissimae regina suae Astrid Belgae toto corde anno MCMXL"

Jan Boets, sculpteur attitré de la cour royale, l’a représentée debout, tenant dans une main un bouquet et de l’autre le pan de son manteau. C'est en 1947 seulement que la statue de la reine Astrid, y est placée.

La sculpture de la Reine Astrid est abritée, derrière un grillage, dans une niche aux parois dorées. 

19 arbres du square figurent sur la liste bruxelloise des arbres remarquables, dont un arbre à papier, appelé aussi Broussonétie, originaire de Chine.

Les racines du hêtre poupre. Mesuré à une hauteur de 1, 50 m, son tronc présente une circonférence de 510 cm (mesuré en 2016).
Cet arbre s'élève jusqu'à 28 m de haut environ. Le diamètre de sa couronne est de 20 m. Son fût monte sur une hauteur de 9.99 m. 
Considérant sa circonférence, cet arbre est le 8e plus gros de son espèce en Région de Bruxelles-Capitale.

Les massifs sont notamment constitués de camélias, d’orangers du Mexique, d’hellébores. De magnifiques hémérocalles recouvrent le talus longeant la grille latérale droite du square.

Pour briser la dominante verte du lieu, les deux parterres à gauche et à droite du mémorial ont été complètement remaniés. Les multiples vivaces qui les composent tranchent par leur diversité de formes et les couleurs de leur floraison.

Le mur du fond en brique rouge est en fait le mur d'enceinte du Palais Royal.

A noter une curiosité à l'entrée du mémorial : 2 statutes-portraits, l'une de Léopold Ier, la seconde d'Alexandre Ier, tsar de Russie, don de la Ville de Moscou à la Région Bruxelles-Capitale.

En bordure de voirie, les deux parterres habités de fleurs annuelles et bisannuelles, ont aujourd’hui la forme d’une étoile dont la pointe rappelle l’extrémité des grilles du square. Grilles qui ont été restaurées. 

 

 

Commentaires (1)

1. Christiane Broeders 04/04/2016

Bravo Nicole... très intéressant et belles photos.... merci du partage.... Bisoussssssssssssss

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×