C’est au Musée du Cinquantenaire qu’est conservée la plus belle et la plus riche collection de matériel archéologique découvert sur le territoire belge. Parmi les objets les plus anciens, on trouve des bifaces ainsi que des harpons, datant du Paléolithique, à l’époque où l’homme était un chasseur- cueilleur.

Envie d'en savoir plus sur cette période de notre histoire, cliquez ICI

L'encyclopédie Larousse dossier les Mérovingiens

La période mérovingienne est un moment charnière de notre histoire. Non seulement elle se déroule dans nos régions qui constituent le berceau des rois francs mais elle voit aussi la population se convertir en masse au christianisme.

Le Moyen Âge débute au Veme siècle avec l’arrivée en gaule de peuples germaniques appartenant à des sociétés guerrières et tribales.

Leurs chefferies ont à leur tête des rois.

Les mérovingiens reviennent à une architecture en bois et en chaume.

Ils excellent en orfèvrerie et en tissage.

Les chardons étaient utilisés pour carder la laine.

Sur le métier à tisser, les femmes travaillaient le lin et la laine, installées dans les huttes semi-enterrées où l'air était toujours un peu humide, ce qui devait être néfaste pour la santé mais favorable au travail.

Des pesons tendaient les fils de chaîne d'un métier vertical. Des cartes carrées, fréquemment en bois, étaient utilisées pour le tissage à la main selon différentes couleurs. Une navette passait le fil de trame au travers de la chaîne.

Parfois on retrouve une fusaïole ou un poids de métier à tisser dans les tombes de femme, en souvenir du travail effectué par la défunte.

 

 

 

Boucles de ceinture

Au centre de la salle, des mannequins hyperréalistes grandeur nature participent à un rituel funéraire.

Les vêtements, les chaussures et les accessoires des mannequins sont des répliques d'objets mérovingiens réels.

Huit tombes provenant du cimetière d'Harmignies (Hainaut) ont été partiellement reconstituées pour permettre de mieux appréhender les pratiques funéraires mérovingiennes : les chairs, les vêtements et le cercueil en bois ont généralement disparu; mais squelettes et objets en métal, en verre ou en os sont régulièrement retrouvés sans beaucoup de dommage. 

Malgré la conversion au catholicisme de Clovis, les morts sont toujours enterrés avec leurs parures, leurs armes et leurs bijoux, loin des villages.

Hommes et femmes, riches et pauvres
Les défunts étaient parés de leurs plus beaux vêtements et accompagnés de leurs biens déposés dans leur cercueil. Les parures dominent dans les tombes de femmes, tandis que l'armement est présent dans celles des hommes. Les tissus ont presque entièrement disparu et il ne reste souvent que de très belles épingles décorées et autres éléments de parure en métal. Il va de soi que les nantis disposaient de plus d'objets funéraires que les pauvres. Vu la richesse de certaines tombes, il n'est pas étonnant que, déjà à l'époque, de riches sépultures aient été pillées.
Les hommes les plus riches étaient accompagnés de l'ensemble de leur armement composé d'une longue épée (spathe), d'une autre plus courte (scramasaxe), d'une lance (ango), d'un bouclier, etc. Pour leur part, les femmes les plus aisées étaient inhumées avec de nombreux bijoux tels que des épingles à cheveux, des pendants d'oreilles, des colliers, des épingles de manteau, des bagues et des bracelets. En outre, des récipients en terre cuite, en bronze et en verre, de même que des outils complétaient l'ensemble funéraire. Ce dernier se limitait à un certain nombre d'objets pour les défunts appartenant à la classe moyenne, tandis que les pauvres se contentaient d'un seul vase en terre cuite.

Reproduction du sarcophage de Sancta Chrodoara.

L'original à été découvert à Amay en Wallonie en 1977 : info ICI


Le dessinateur Grzegorz Rosinski, créateur de la célèbre série Thorgal, a réalisé dans la salle d'exposition trois grandes peintures qui font revivre l'histoire mérovingienne.

 Le baptême de Clovis

Childeric et ses hommes 

Scène de la vie quotidienne dans le village.

 

 

 

Commentaires (1)

1. pascal 27/12/2015

Cela me fait penser aux coures d'histoire de ma jeunesse , superbement illustré, grand merci.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×