Nul besoin de se rendre en Syrie pour admirer des mosaïques d'Apamée.

Un petit tour du côté des Musées royaux d'Art et d'Histoire du Cinquantenaire à Bruxelles permet de se faire une idée de l'importance du site d'Apamée.

La décoration de la salle du musée consacrée aux collections provenant d’Apamée a été complétée par une reconstitution d’une partie de la colonnade à portique de la grande rue qui composait le centre monumental de la ville romaine.

Ce type de construction était typique de la province romaine de Syrie.

Apamée est fondée en 301 av. J.-C. par Séleucos, qui donne à la ville le prénom de son épouse Apama. Au début de l’ère chrétienne, la ville est colossale puisqu’elle compte jusqu’à 500.000 habitants. Apamée dispose d’une redoutable armée formée de 500 éléphants, 30.000 juments et 300 étalons. Elle est protégée d’une muraille de 8 km de long.

La ville est détruite en 115 par un puissant séisme, puis elle est reconstruite avec faste. Un millénaire plus tard, en 1157, un deuxième séisme la ravage à nouveau alors qu’elle est dirigée par les Croisés. A la suite de cet événement, le site est définitivement abandonné.

Le cardo maximus était l'axe principal de la ville : les dimensions de cette avenue à colonnade sont tout-à-fait exceptionnelles, avec une chaussée large de 24 m, et près de 40 m d'un mur à l'autre, tandis que la rue s'étend sur une longueur de près de deux kilomètres ; cet axe est bordé des deux côtés par un portique de 7 m de large, construit au lendemain du tremblement de terre de 115. Il est constitué de colonnes lisses, de colonnes rudentées à cannelures droites et de colonnes à cannelures torses.

Comment organise-t-on pratiquement un chantier de fouilles ? Visite sur le site archéologique d'Apamée, ancienne cité au riche passé située en Syrie, où travaille une mission archéologique belge... 

Le chantier de fouilles d’Apamée par la Belgique, en Syrie, commença en 1928.

Découverte en 1935 dans la salle de réception d'un édifice qui fut sans doute, à partir des années 415-420, le palais du gouverneur de la province de Syrie Seconde, la grande mosaïque de chasse d'Apamée compte au nombre des compositions les plus prestigieuses de cet art.

Un chef-d’œuvre monumental de 13 m sur 8,65 m ramené de Syrie et minutieusement reconstitué sur place.

Elle représente diverses scènes typiquement romaines.

Au premier plan figurent des scènes de chasse : accompagné de deux chiens, un homme, muni d’un bâton et d’un filet, pourchasse deux lièvres.


Au deuxième plan sont représentés des combats d’animaux : à gauche, un lion dévore une gazelle et à droite, un léopard se jette sur un sanglier.


Au quatrième plan, un gladiateur armé d’une lance et d’un bouclier attaque un léopard.

La chasse, par les dangers que court celui qui la pratique — surtout lorsqu'il s'agit de gros gibier —, exalte le courage, la virtus, qualité essentielle d'un chef, mais aussi la munificence de celui qui sait offrir à ses invités, comme celui-ci, semblable spectacle. On ne s'étonnera donc pas de la voir figurer au sol de cette salle de plus de 120 m² où le gouverneur recevait en audience.

 

La virtus est dans la Rome antique la qualité que doit avoir l'homme (vir en latin), mélange d'énergie, de force morale et de courage, dont dérive le mot vertu.

Pour en savoir plus sur l'histoire de la mosaïque, cliquez sur l'image ci-dessus.

Les salles hébergent plusieurs sculptures en marbre, copies et adaptations romaines d'originaux grecs célèbres.

Le point d'orgue de cette collection est la rarissime et monumentale statue en bronze de l'empereur Septime Sévère.

Cette statue antique de plus de 2 m de haut est un des très rares grands bronzes de l'Antiquité qui soient arrivés jusqu'à nous. Il représente un empereur en habit héroïque, tenant originellement un sceptre de la main gauche et demandant la parole de la main droite (geste de l'orateur).

 

Information du musée sur la statue radiographiée en 2008

 

Mais qui était cet empereur ?

Sarcophages.

Une belle collection de sarcophages sculptés et de stèles funéraires vous racontent la vie de leurs propriétaires et de leurs croyances dans la vie après la mort.


Maquette de Rome

Réalisée à l'échelle 1/400, elle représente la Rome de la fin du IVème siècle ap. J.-C.

La maquette monumentale de la ville de Rome est un événement en soi.

On se promène en pensée le long de la Via Appia, on visite les thermes de Trajan, on peut sentir l'excitation des courses de char dans le Cirque Maxime, écouter les orateurs sur le forum romanum et honorer les dieux dans le Panthéon... La présentation multimédia rend l'expérience encore plus vivante.

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×