C’est l’histoire d’un magasin comme on n’en fait plus !

Situé à deux pas de la Grand-Place, 20, rue des Sables à Bruxelles, les anciens magasins ont été construits  pour le grossiste en textile  Charles Waucquez et inaugurés le 31 mars 1906. 

Si vous désirez connaître son historique : cliquez ici

On le doit à Victor Horta, architecte majeur de ce courant artistique pluridisciplinaire qu'est l'Art Nouveau, qui a employé le fer et le verre comme matériaux principaux.

Des liens forts existant entre l'Art Nouveau et la BD, on ne pouvait pas rêver mieux pour y installer les activités du Centre.

Charles Waucquez

Horta vu par Frank Pé

La façade du bâtiment, construite par rapport à un axe central, a des allures de palais baroque.​

Photo prise en 1920 dans le hall d'entrée.

Pendant les années 1970, laissés à l’abandon, les magasins Waucquez n’étaient plus connus que des initiés et de quelques habitants noctambules, vagabonds ou chapardeurs.

En 1975, l’architecte Jean Delhaye, qui fut un élève et un collaborateur de Victor Horta, attira l’attention des pouvoirs publics sur les anciens magasins Waucquez, devenu un chef d’œuvre en péril. Grâce à son intervention, le bâtiment fut classé. Restait à lui trouver une affectation respectueuse de son architecture et… les moyens de cette rénovation ! En 1983, à l’instigation de quelques passionnés d’urbanisme (Jean Breydel) et de bande dessinée (Guy Dessicy), le Ministre belge des Travaux Publics acheta le bâtiment avec l’objectif avoué de trouver les moyens de le consacrer à la bande dessinée.​

Voici donc le résultat de cette belle rénovation et vous découvrirez par la même occasion des détails de certaines parties du bâtiment dans les oeuvres de dessinateurs belges dont François Schuiten... un passionné d'Art Nouveau qui a sauvé la Maison Autrique à Schaerbeek, autre petit bijou d'Horta !

(mon reportage sur la maison Autrique)

En face de l’entrée se dresse un grand lampadaire central ainsi qu’un escalier monumental en pierre. Pour les escaliers monumentaux au centre , on suppose que Horta fait référence aux vestibule de Michel Ange de la bibliothèque Laurentienne à Florence.​

Vu par Yslaire "Sambre" 

Vu par Jan Bosschaert

Vu par François Schuiten

Vu par Dany

Le dallage au sol est formé de carrés de mosaïque aux motifs floraux.​

La toiture presque entièrement vitrée et le vide central sous verrière produisent une profusion de lumière.

Dans les magasins Waucquez, Horta s'inspire de l'architecture des serres de jardins (Serres de Laeken),

ainsi que l'imitation des motifs végétaux à travers son dessin des éléments de détail, car il était un des élèves d'Alphonse Balat, un architecte qui travaillait pour le roi Leopold II.​ (Alphonse Balat a aussi réalisé la Serre Victoria que vous pouvez voir dans mon reportage sur le Jardin Botanique à Meise)

L’intérieur est un véritable squelette d’acier qui découvre un hall aux dimensions spectaculaires autour duquel s’articulaient les espaces destinés à la vente.

Une brasserie à l’atmosphère bruxelloise inimitable. Les passionnés d’Art Nouveau comme ceux de la Bande dessinée s'y régaleront, pour le plaisir des yeux et ceux du palais.

Une plaque en marbre située dans le couloir de la brasserie


 

Commentaires (1)

1. pascal 27/12/2015

Bravo à Victor Horta pour ce formidable mariage de matériaux , qui pour preuve est encore là de nos jours .merci nini.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×