Autrefois zone marécageuse, le site du Petit Sablon fut, de 1289 à 1706, un cimetière dépendant de l’hôpital Saint-Jean. La place fut ensuite pavée. C’est dans les années 1880 que Charles Buls, bourgmestre de Bruxelles, proposa d’embellir le quartier et de faire transformer la place en un séduisant jardin. Il en confia les plans à l’architecte Henri Beyaert.

Le jardin fut ouvert au public en 1890.


Le square du Petit Sablon a été conçu par un architecte et non par un paysagiste. Et cela se voit. Henri Beyaert a fait du Petit Sablon une véritable construction végétale.

L’ornementation végétale du square a une dimension symbolique : les neufs massifs de buis taillé qui agrémentent la pelouse côté rue de la Régence, représentent les neuf provinces belges de l’époque ; ils entourent un autre massif en forme de couronne qui, lui, symbolise la Belgique. Mais ce sont surtout ses monuments et ses sculptures qui rendent le square extrêmement intéressant d’un point de vue historique et artistique.

Le monument-fontaine des comtes d’Egmont et de Hornes
Au fond du jardin, se dresse la statue-fontaine des «Comtes d’Egmont et de Hornes» réalisée en 1864 par Charles-Auguste Fraikin (1817-1893). Les comtes d’Egmont et de Hornes furent décapités devant la maison du Roi (sur la Grand-Place de Bruxelles) en 1568 sur ordre du Duc d’Albe en raison de leur résistance à la tyrannie du pouvoir espagnol de l’époque. Les deux hommes sont figurés sur le chemin de leur exécution : le comte d’Egmont, l’air résolu, porte un chapeau sur la tête, tandis que le comte de Hornes pose la main sur l’épaule de son compagnon d’infortune.

Le piédestal gothique est orné des armoiries des condamnés et flanqué de deux soldats espagnols armés.

Cette sculpture, initialement installée sur la Grand-Place, à l’endroit même du supplice, fut déplacée en 1879 au Petit Sablon en face du Palais d’Egmont, propriété des descendants de l’un des comtes.

Les 10 personnages illustres, personnalités marquantes du 16è siècle en marbres de Carrare disposées en arc de cercle dans des niches de lierre grimpant entourent les comtes.

 Parmi elles, des penseurs et des scientifiques mais également d'autres grandes figures de l'opposition à Philippe II comme le géographe Mercator ou l’architecte Cornelis De Vriendt.


Les statues des métiers

Le grillage du square est une merveille comme on n'en rencontre guère d'autre.​
Les 48 colonnes gothiques de la grille du Petit Sablon sont surmontées de 48 sculptures en bronze illustrant les corporations et les vieux métiers bruxellois.

Dues aux meilleurs artistes belges du 19e siècle, ces sculptures reproduisent un artisan et les outils, symboles ou objets qui caractérisent sa profession.

Pour connaître la liste des métiers, cliquez ICI

Le square du Petit Sablon est classé comme site depuis le 20 juillet 1972.


A deux pas du Petit Sablon, établi entre les bâtiments des Musées royaux des Beaux-Arts et l'arrière des jardins de la rue de Ruysbroeck, ce jardin s`inscrit comme une promenade d'une trentaine de mètres ponctuée de quatre érables de belle allure et de trois sculptures pensées autour du thème de la femme. 

"La Rivière" d`Aristide Maillot, disposée au-dessus d`un bassin d'eau circulaire,

une "Grande Niké" de Bernard Heiliger, une "Baigneuse" d'Emilio Greco.

Levons les yeux vers les statues représentant des allégories des Arts, qui ornent la façade latérale du musée.


Commentaires (2)

1. pascal 28/12/2015

une vrai merveille , comme Divin le dit un joyau a l'état brut . merci.

2. Divin 05/06/2015

Voilà que j'ai appris beaucoup de choses en lisant ces quelques lignes.
Et plus je te lis, plus je me dis que Bruxelles (comme le dit dans sa chanson "Benabar") est un véritable Joyau

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×