Les Musées royaux d'Art et d'Histoire (MRAH) forment un ensemble de plusieurs musées renommés dont le Musée du Cinquantenaire se trouvant dans le parc du Cinquantenaire.

SITE OFFICIEL DU MUSEE

Construits au début du xxe siècle en complément aux halles en fer datant de l'exposition nationale de 1880 qui commémorait la révolution belge de 1830 qui donna l'indépendance à la Belgique, les bâtiments s'inscrivent dans un ensemble qui comprend l'arc de triomphe commémoratif de cette exposition -les arcades "du Cinquantenaire"- qui relie les Musées royaux d'Art et d'Histoire au Musée royal de l'armée et de l'histoire militaire installé symétriquement de l'autre côté des arcades.

La collection égyptienne compte plus de 11 000 pièces, offrant un large éventail de l’art égyptien, des origines à l’époque chrétienne. 

Un mastaba, des momies et leurs sarcophages illustrent les coutumes funéraires des anciens Égyptiens.

Un sphinx vous souhaite la bienvenue

C’est à l’égyptologue Jean Capart (1877-1947) que la collection égyptienne du Musée doit sa renommée.

Sa biographie : cliquez ICI

Hergé se serait inspiré pour créer Bergamotte de l'illustre M. Jean Capart 


 Venez découvrir, dans la salle des momies, le professionnalisme des prêtres momificateurs

Pour connaître toutes les étapes de la momification cliquez ICI

Momies - Bandelettes de lin, masques de momies, amulettes, vases canopes, sarcophages...

Ne trouvez-vous pas qu'il y a une ressemblance avec

le masque des Anonymous sur Internet ?

La momie de la brodeuse EUPHEMIA avec son matériel funéraire.

Possédant encore les vêtements avec lesquels elle fut inhumée, elle constitue naturellement une source unique pour l’histoire du costume et des pratiques funéraires en Égypte à la fin de l’Antiquité.

Cliquez ICI pour connaître l'histoire de cette momie.

 Voici son mobilier funéraire.

 Autre mobilier funéraire.

Couvercle du cercueil de Khonsou-Tefnakht, 1,90m datant de 350 avant J-C.


La visite de la copie du XXe siècle de la tombe de Nakht est également une expérience exceptionnelle. L’original datant du XIVe siècle n’est plus accessible. 

Si vous voulez en savoir plus sur cette tombe : cliquez ICI

Au XIVe siècle avant J.-C., le défunt était le ‘Porteur des offrandes florales d’Amon’ et le ‘Jardinier des offrandes divines d’Amon’. Il était donc un personnage en vue dans le temple d’Amon, à Karnak.

De superbes peintures murales nous renseignent sur ses occupations dans les champs et les jardins du temple. 

Offrande d'une cuisse de boeuf devant l'entrée de la tombe et rites de purification et d'ouverture de la bouche devant le cercueil et la statue du défunt.


Scènes de la vie quotidienne.

Une paire de....castagnettes.


 Pot à fard en albâtre et minerai de galène.

Le maquillage a joué un grand rôle en Egypte. Il servait de parure mais aussi de protection des yeux.

Il consistait en minéraux pilés qui étaient mélangés à des huiles.


Il y a tellement de photos que je ne sais pas toutes vous les montrer mais je pense que vous avez déjà un bel aperçu de la collection.

Cela vaut le coup d'y passer quelques heures et je vais y retourner pour vous faire découvrir d'autres salles.

 

 

 

 

Commentaires (2)

1. pascal 28/12/2015

c'est une découverte supplémentaire de ta ville , respect .

2. Brigitte Vanderhaegen-Limage 13/05/2014

c'est encore un plaisir de redécouvrir les musées de ma ville à travers l'objectif de Clione....

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site