Musée paysan et artisanal

Photos prises en Juillet 2011

Le Musée paysan et artisanal est installé dans une ferme neuchâteloise du début du xviie siècle, datant plus précisément de 1612.

Il se trouve à La Chaux-de-Fonds. Il est ouvert au public depuis 1971.

On remonte le temps et  on se retrouve dans l'univers domestique des paysans-horlogers qui ont forgé l'identité de la région.

On découvre une cuisine de l’époque, ses ustensiles 

et sa cheminée, avec son four à pain...

Le bois domine dans la construction de la maison, la poutraison, le toit de bardeaux, les chambres boisées et la bûche qu'on brûle dans la cheminée et qui imprègne de son odeur toute la maison.

Les poêles à catelles ont rapidement pris l’ascendant sur les cheminées car ils sont beaucoup moins gourmands en combustible et le rendement en chaleur produite est bien supérieur.

la chambre principale où l'on dormait dans des alcôves.

La chambre  et l'atelier de l'horloger,

c'est dans un atelier comme celui-ci qu'a commencé la formidable aventure de l'horlogerie dans les Montagnes neuchâteloises.

où l'on travaillait aussi la dentelle. Une pièce chauffée et boisée, faite pour se protéger des frimas de l'hiver. 

Le poêle sur lequel se trouve le modèle d'une horloge neuchâteloise en bois peint.

Une niche appelée « cavette » contournée par le circuit d’air chaud dans laquelle on pouvait mettre un plat à réchauffer, des pommes à cuire ou encore  le sac de noyaux de fruits avant de les glisser entre les draps des lits en guise de chaufferette sans oublier les pantoufles du paysan.

avec son établi et ses outils.

Les pinces à linge.

Dans la grange : les outils et accessoires pour le travail à la ferme.

Les clarines désignent les cloches à bovin moulées en bronze ou en laiton, imposantes et lourdes, d’origines suisse ou italienne.

Certains modèles arborent des motifs religieux, des personnages, des animaux, des emblèmes ou des écriteaux...

La rebatte

Un moulin rudimentaire dont la meule roulante pouvait être entraînée par un homme ou un cheval. La rebatte des fermes servait principalement à écraser les fibres de chanvre, les fruits oléagineux ou les pommes sauvages (bouchins). Le jus acide de ces fruits, appelé verjus, remplaçait le vinaigre.

L’écurie et la grange abritent des expositions temporaires pleines de vie sur toutes sortes de sujets liés au monde paysan ou artisanal. 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !