Morat

Cette vidéo vous fera découvir la langue suisse allemande car Morat est installée sur la frontière germano-francophone.

La petite ville médiévale de Morat, à 14km au nord de Fribourg, située sur la rive sud-est du lac du même nom a su préserver son cachet authentique avec les pittoresques venelles de la vieille ville et ses charmantes arcades. Cette bourgade est vieille de 800 ans.

Déambuler dans les rues est sans doute la façon la plus agréable d’en découvrir les curiosités architecturales: son château, ses remparts, ses ruelles pittoresques, ses arcades et son imprenable vue sur le lac…

C’est en 1239 que la Porte de Berne a été mentionnée pour la première fois. Lors de la bataille de Morat, elle a été entièrement détruite et a dû être rénovée à plusieurs reprises. La porte  actuelle date de la deuxième moitié du 18e siècle. 

A l‘intérieur, on peut apercevoir un mouvement d‘horlogerie datant de 1712. Aujourd’hui encore, on remonte ses trois poids en pierre, des boulets de canon datant de la bataille de Morat, toutes les 24 heures.

Sur le cadran extérieur c’est une aiguille en forme de main qui porte serment qui montre les heures. Ceci signifie que Morat était un état de droit libre.

La rue principale offre une vue magnifique de la petite ville.

C’est un chef d’oeuvre de style baroque, marqué par des arcades dont la construction a débuté au XVème siècle.

Chaque maison a sa propre histoire comme par exemple, le “Schwarzen Adler” (Aigle Noir), le plus vieil hôtel de la ville. Il est reconnaissable à son enseigne en fer forgé.
De nos jours encore, les enseignes des commerces doivent garder un style sobre. Les inscriptions lumineuses ont été bannies de la Vieille-Ville.

Fontaine du bas - Attestée dès 1470. Bassin en pierre, borne en bois. Reconstruite par Offryon Mejan, tailleur de pierre de Bienne, en 1614. Restauration par Jonas Rieser, Neuchâtel, en 1818.

Fontaine du milieu - Mentionnée en 1473 comme «magnum
bornellum». 

Un ruisseau ouvert coulait ainsi de fontaine en fontaine. Les eaux usées également, étaient recueillies dans des égouts à ciel ouvert, appelés Ehgräben. Les eaux propres et usées se rejoignaient ensuite pour être déversées dans le lac.

Une porte de cave dans la rue principale.

Rübenloch - Un joyau de style gothique flamboyant. Ce bâtiment termine harmonieusement la Grand-Rue.
Il a été acquis en 1874 par la commune car il devait être démoli pour permettre un accès direct à la gare (ouverture des chemins de
fer de la vallée de la Broye en 1876). Fort heureusement, par manque de moyens, on renonça au projet.

Les remparts enserrent la petite ville comme pour la protéger encore. Et pourtant, ces fortifications presque intactes, les seules en Suisse qui aient encore un chemin de ronde praticable, offrent un panorama splendide sur les toits de la ville et le lac tout proche.

Promenade facile, une fois montés les " Escaliers des remparts". On marche sur ce qui était le chemin de ronde des gardes qui protégeaient la ville.

Vue sur les toits et vers le lac. On voit le toit de la Tour de Berne.

Ancienne horloge de la lanterne de l'hôtel de ville de Morat (1816) restaurée en 1989 et 1991 elle est désormais installée dans la tour de la prisonau pied des remparts.

Vue du Château depuis les remparts.
C’est le comte Pierre II de Savoie qui fit construire le château en 1255. 
La grande tour à quatre côtés était le donjon, duquel Adrian von Bubenberg a surveillé le déroulement de la bataille de Morat.
Après la domination savoyarde, le château resta le siège administratif des baillis bernois et fribourgeois. Il devint ensuite tour à tour hôpital, caserne ou prison.

Aujourd’hui, il abrite la préfecture du district du Lac du canton de Fribourg. On ne peut donc pas le visiter.


Le Nidelkuchen est un gâteau à la crème dont la conception est tout à fait unique. Différentes pâtisseries fabriquent ce gâteau à Morat.

Fabrication
La particularité du Nidelkuchen est qu’on ajoute sur une pâte levée légère pas moins de cinq couches de crème. Les trois premières couches sont légèrement acidulées et sucrées et sont ajoutées pendant la cuisson. Cela forme une fine couche de caramel, qui se ramollit au moment d’ajouter les deux dernières couches de crème double de la Gruyère. Un savant mélange qui fait de ce gâteau une merveille fondante et crémeuse.

Dans une vitrine, un présentoir avec des couteaux suisses.

Connu dans le monde entier comme étant le couteau de survie par excellence, le couteau suisse Victorinox est un outil multifonction indispensable constitué d'un couteau, associé à de nombreux outils. La lame du couteau et les outils étant pliables dans le manche, le couteau suisse a ainsi un format de poche tout en assurant de multiples fonctions.

À la fin des années 1880, l'armée suisse décide d'acheter un nouveau couteau pliant pour ses soldats, devant servir entre autres à manger et à démonter le fusil d'ordonnance. Les outils inclus sur ce modèle sont une lame, un ouvre-boîte, un tournevis plat et un poinçon.
Ce couteau a également connu de nombreuses améliorations au fil des années
Les outils les plus courants sont : le cure-dent, le tournevis plat combiné avec un décapsuleur, la pincette, la paire de ciseaux, l'ouvre-boîtes, le tire-bouchon, le poinçon, la clé USB, lampe de poche, stylo etc...

 

 

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • Elodie
    • 1. Elodie Le 18/03/2020
    Une petite ville très pittoresque où l'on prend plaisir à se promener sous les arcades en été :)