Les gorges de l'Areuse

Tantôt large, tantôt étroite, tantôt bouillonnante, tantôt calme : rencontre avec l'Areuse.

Photos prises en juin 2011.

Cet affluent important du lac de Neuchâtel prend sa source en amont de Saint-Sulpice.

Il est alimenté par l’eau du lac des Taillères situé 200 mètres plus haut en altitude et à une distance de quelque cinq kilomètres à vol d’oiseau. L’eau parcourt donc un long cheminement sous terre dont on ignore le détail.

L’Areuse est une rivière étonnante et le promeneur qui en suit le cours va de surprise en surprise. Elle reste sage tout au long du Val-de-Travers.

Puis après avoir augmenté son volume d’eau grâce à l’apport de la Noiraigue, elle s’agite, écume et gronde ! 

Dans les ravins profonds où les roches érodées s'entassent et s'écrasent, la rivière y traçant son chemin depuis des temps immémoriaux.

Ponts de pierre, passerelles, escaliers, goulets rocheux et parois impressionnantes rythment cette balade au cœur de gorges rafraîchissantes.

Le sentier longe à plusieurs reprises des ravins escarpés.

 


Une vidéo qui vous montrera l'Areuse en hiver en pleine crue.

 

 

  • 1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Commentaires

  • helene van caneghem
    • 1. helene van caneghem Le 23/02/2020
    Hé Hé... magique ! J'attends tes photos "spéciales" avec impatience. Mais attention. Je suis d'une jalousie féroce. Pas d'intrus... seulement les amis. C'est un clin d'oeil espiègle, évidemment. Bravo pour tes reportages. C'est chaque fois un voyage en restant dans son fauteuil.