Photos prises en mai 2019

Suspendus au-dessus de la mer, l'église de Varengeville et son cimetière marin font partie de ces lieux magiques qui nous marquent.  

Braque lui a même donné un vitrail et repose dans son cimetière marin. A l'entrée du cimetière, un panneau est visible avec une phrase de Braque.

Quand l’église Saint Valery fut construite en silex et en tuf à partir de 1035 par les moines de l’Abbaye de Conches, elle se trouvait à environ 1 km de la mer. A cause de l’érosion, la mer est maintenant à ses pieds et en 1991 et 2002, des travaux ont été entrepris pour stabiliser l’église et la protéger du recul des falaises.  Ici, la falaise recule de trente centimètres à un mètre par an.

Le regard est aussitôt happé par le panorama, déroulant son ruban de falaises majestueuses à perte de vue...

Classée monument historique depuis 1924, cette belle église et son site magnifique sont visités chaque année par plus de 60 000 personnes françaises et étrangères.
C’est l’un des rares cimetières classé monument historique.

L’église a toujours accueilli des œuvres artistiques : les piliers sculptés du 16ème siècle avec des sirènes, des blasons, des visages et des têtes d’Indiens du Brésil, souvenirs des marins de Jehan Ango. 

Trois tableaux de Michel Ciry, dont le Christ Rédempteur.

Plusieurs vitraux de Raoul Ubac.

Le vitrail de la chapelle sud représente l'arbre de Jessé qui symbolise la généalogie de Jésus comme descendant de David. Mais seuls les noms de Jessé (le père de David), Marie (et non Joseph, cf. pourtant Mathieu 1, 16 et Luc 3, 23) et Jésus y figurent. Depuis le début du XIIe siècle, la parenté du Christ prenant la forme d'un arbre, il s'agit ici de la stylisation et la déconstruction d'un sapin qui comprend six branches et dont le tronc est représenté dans le corps de l'arbre.
Tête de file du mouvement cubiste, Georges Braque avait conçu en 1956 une série de cinq vitraux pour l’église du village dont il avait fait le lieu de sa retraite.

La tombe de georges Braque est célèbre pour la mosaïque, dont il est l'auteur, et qui représente un oiseau comme il aimait tant les peindre dans les dernières années de sa vie.

Le tombeau  d'Albert Roussel est un massif monument de bronze dont les trois faces représentent des motifs en relief de ces principales oeuvres : “Le Madrigal aux Muses”, “Bacchus et Ariane”, “Evocation”, “Padmâvatî”, “Khrishna”, “Le Joueur de flûte”.

La quatrième face, celle qui est orientée vers le large, porte cette phrase dont il est l’auteur : “C’est en face de la mer que nous finirons nos existences et que nous irons dormir pour entendre au loin son éternel murmure”.


Si vous désirez voir des photos de tous les vitraux de cette église cliquez ICI


 

Reportage suivant : la collection d'ivoires à Yvetot

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site