Photos prises en juin 2018

En pays de Caux, la valleuse est une dépression du terrain permettant l'accès à la mer. Sur le reste de la côte, cet accès est empêché par la hauteur des falaises crayeuses.

La plage de Vaucottes est l’unique plage de Vattetot-sur-Mer. Elle est située dans la valleuse du hameau de Vaucottes entre les belles falaises de la Côte d’Albâtre

avec la Roche aux Anglais sur la gauche. En comparant les deux photos, on se rend bien compte de l'érosion de la falaise.

L’environnement est impressionnant mais la plage est interdite à la baignade (courants dangereux).

Composée de galets (assez gros par endroit)

et de quelques bancs de sable (qui apparaissent et disparaissent au grès des saisons), elle est utilisée pour se faire bronzer.

A marée basse, de nombreux rochers se découvrent, idéal pour les pêcheurs. 

Enveloppe d'oeufs de bulots.

Ce mollusque marin, qui se nomme aussi buccin, appartient, comme l’escargot, à la famille des gastéropodes, terme qui signifie « ventre sur pied ».

Différentes espèces de bulots existent, mais la plus commune est celle dont le nom scientifique est Buccinum undatum, d’où cet autre nom de « buccin ». Le corps du bulot est constitué d’un pied blanc tacheté de noir, qui est la partie comestible et la plus grosse, et d’une tête qui porte deux tentacules. Bien évidemment, il possède aussi des organes digestifs, un cœur et des branchies pour pouvoir respirer sous l’eau ; celles-ci sont reliées à un siphon. Le tout supporte une coquille très dure, jaune ou brune, pointue et en forme de spirale. N’en sortent que le pied et la tête ; le reste demeure toujours au fond. Quand le bulot se réfugie dans sa coquille, il déclenche la fermeture d’un opercule, petit disque marron clair qui le protège parfaitement des prédateurs. Il le replie quand il veut en sortir pour aller se nourrir. Un bulot mesure de 3 à 9 cm, mais les plus âgés peuvent atteindre 12 à 15 cm. Sa coquille grandit en même temps que lui. Le bulot vit dans les fonds vaseux et sableux jusqu’à 200 m de profondeur. C’est un nécrophage qui se nourrit des cadavres frais de crabes, de vers et de coquillages qu’il détecte grâce à ses tentacules.

Le charmant chemin qui descend jusqu'à la mer vous promène entre deux versants de la vallée,

En remontant vers le parking 300m plus loin car l'accès à la plage est interdit aux voitures.

Orchidée sauvage : orchis pyramidal.

coronilla vaginalis​

Sur ce chemin se dressent des manoirs délicats et des villas étonnantes et somptueuses.

Dans l'une d'elles, la Villa Marie-Louise, séjourna Maurice Leblanc, auteur des célèbres aventures d'Arsène Lupin.

Maurice Leblanc au cours de ces 5 étés à Vaucottes, va en excursion à Bénouville, à Etretat, au cap d'Antifer. C'est à Vaucottes qu'il écrit son 1er roman "une femme", des contes et des nouvelles. Le jardin de la villa est resté orné d'une vieille caloge à toit de chaume. C'est dans cette caloge convertie en bureau que M Leblanc écrit.
Maurice Leblanc séjourna ensuite de nombreux étés à Etretat où il achète "le Clos Lupin". C'est en 1906 qu'il crée son personnage Arsène Lupin qui devient célèbre dès la parution des 1ères histoires  : "l'aiguille creuse" est diffusée en 1908.

J'avais fait, en 2015, la visite de cette maison et vous pourrez lire le reportage en cliquant ICI

 

Reportage suivant : le Parc du Centre d'Art Contemporain

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Divin Voyageur 27/06/2018

Superbe comme d’habitude, merci pour ton reportage

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site