Photos prises en juin 2018

Les jardins du Clos des fées de la COMMUNE DE PALUEL font partie intégrante d’un parc paysager de plus de deux ha, dans lesquels vous pouvez vous promener librement et profiter d’une vue imprenable sur la mer depuis son belvédère quand la météo le permet.

Ce petit territoire enchanteur est implanté à seulement quelques kilomètres d'une centrale nucléaire qui produit de l'électricité. Le nom de ce Clos des Fées n'y est pas étranger car il fait référence à la Fée Electricité (un tableau peint par Dufy en 1937).


Le parc est divisé en plusieurs pièces vertes développant différentes thématiques telles que :

- le cycle de l’eau circulant des noues aux résilles

- le cycle de l’eau des bassins d’agrément

- le village des nids des fées

- le jardin minéral de la chambre des topiaires

- les diverses vivaces des planches de couleurs.


Les nids des fées sont érigés devant la salle commune. Sous-bois planté d'arbustes et de vivaces d'ombre.

Méga-structures en osier tressé conçues par Stéphanie Buttier en 2011, ces 18 sculptures apportent une dimension poétique surréaliste.


Point central de la visite, ce bassin approvisionné en eau pluviale permet également d'alimenter l'ensemble des points d'eau répartis dans les jardins.


La chambre des Topiaires.

Jardin minéral composé de topiaires sphériques (Buxus et Taxus) contrastant avec les graminés présentes.


Cet espace végétal aux aménagements contemporains offre un cadre propice à la balade, la détente, la lecture et l’émerveillement au sein d’un paysage apaisant. Les sièges tournent sur 180° et sont très confortables.

Une orchidée sauvage.

Des digitales.

Des iris


Les Résilles d'Eau

Zones  humides récupérant les eaux pluviales issues du réseau des noues et agissant comme bassins d'orages. 

Une noue remplie d'eau près du belvédère.


Le Belvédère

Panorama unique sur la Côte d'Albâtre si la météo le permet.


Le mobilier contribue à l'écriture contemporaine du lieu.

Un travail artistique est réalisé sur les murets en pisé de béton qui jalonnent le clos.

Vues au travers de ces ouvertures dans le mur en béton.


Un éco- village. La partie habitation, implantée dans la continuité du lotissement existant, compte 18 chaumières.

Les maisons ont été pensées de manière à être protégées du vent suivant l'exemple des maisons traditionnelles, si présent dans la région. Les toitures emploient deux matériaux : le chaume, autrefois très répandu dans la région et le zinc pour les parties les plus exposées aux intempéries.

Ni clôture, ni barrière ; un réseau de noues délimite simplement les parcelles. 

 

Reportage suivant : l'abbaye du Valasse

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (1)

1. Divin Voyageur 20/06/2018

Très chouette jardin, merci pour cette découverte

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site