Photos prises en juin 2018

Le Mémorial est situé sur la commune de Saint-Jouin-Bruneval dans le département de la Seine-Maritime, à 20 km au nord du Havre et à 8 km au sud d’Etretat. Il a été inauguré le 24 juin 2012, à l’occasion du 70ème anniversaire du raid britannique de février 1942. Imaginé par l’association Bruneval 42, il été conçu par l’architecte Bruno Saas et réalisé par la mairie de Saint-Jouin-Bruneval.

Le Mémorial est situé sur l’emplacement d’une ancienne position allemande. La prise de celle-ci constituait d’ailleurs l’un des objectifs du raid britannique pour que les parachutistes puissent rembarquer de la plage en toute sécurité.

L’entrée du site est marquée par trois panneaux qui évoquent le raid britannique de février 1942, le discours du général de Gaulle et l’inauguration du premier monument en mars 1947, enfin, André Haraux, le concepteur du site ouvert en 1975.

Récit de l'une des opérations alliées les plus audacieuses de la Seconde Guerre mondiale : l'opération Biting à Saint-Jouin-Bruneval.

Nous sommes en Juin 1940, les Allemands sont dans la région et occupent le Phare de Bruneval, le sémaphore du Cap d’Antifer et le village de La Poterie. Dans le maquis et outre-Atlantique, la résistance s’organise. Menée par les alliés, l’opération Biting dit « coup de croc », est lancée. Il s‘agit d’un raid naval, terrestre et aérien dirigé par la First Parachute Brigade, la Royal Air Force, la Royal Navy et les réseaux de résistants français. L’objectif : s’emparer d’un radar nazi qui permet de mesurer avec précision le relevé des vols des avions, l’altitude et la distance. Grâce à des reconnaissances aériennes et à des renseignements de résistants, l’appareil est localisé. L’offensive est déclenchée dans la nuit du 27 au 28 février 1942. Vers minuit, 119 paras anglais sont largués au-dessus du hameau de Theuville, près de La Poterie. Un deuxième groupe de 13 soldats dirigés par le Major Frost investissent le Manoir de la Falaise (villa de la famille de Gosset). Au même moment, une troisième troupe s’en prend à l’installation allemande. En moins de 3 heures, le détecteur est neutralisé. Les pertes humaines sont limitées : seulement 2 morts, 7 blessés et 6 prisonniers. Les combattants victorieux réembarquent de la plage à bord d’une péniche, pour être remorqués au large par des vedettes rapides de la marine britannique. C’est le premier succès militaire des alliés sur les terres occupées par le Troisième Reich. Au cours des échanges de feu, le radar est détruit mais la capture de certains éléments permettra de mettre au point un système de brouillage efficace. Il sera notamment utilisé les 5 et 6 juin 1944 pour masquer la flotte allier se dirigeant vers les côtes de Normandie.

Le paysage qui s’offre au visiteur est tout simplement grandiose : les hautes falaises de craie blanche, rehaussé du vert soutenu des pelouses encadrent les eaux changeantes de la Manche.

Le Mémorial se compose de trois espaces distincts : un lutrin de 20 mètres de long sur lequel est raconté l’histoire du raid ; un monument dédié aux troupes britanniques et à la résistance française ; l’escalier Charles de Gaulle.

Un grand livre à ciel ouvert

Sur la première terrasse, 20 panneaux posés sur des lutrins en acier corten racontent dans le détail l’opération Biting.

Des photos, des cartes et des textes retracent de façon claire et pédagogique les grandes phases du raid, de sa conception à son déroulement, de son contexte à ses conséquences.

Le monument de Bruneval

Un escalier conduit à une seconde terrasse au pied du monument commémoratif conçu par Gérard Chavigny en 1975.

Construit sur un ancien blockhaus allemand, il est composé d’une paire d’ailes dont l’une, arrondie à la base vers l’est, s’élance comme une quille de bateau, tandis que l’autre de forme triangulaire et légèrement plus haute, pointant à l’ouest vers la mer, symbolise le rôle joué par la marine et l’aviation lors du raid de 1942.

Au pied du monument, une plaque de bronze présente sous le texte en anglais de Lord Mountbatten, le concepteur du raid,

un texte du colonel Rémy, chef du réseau de résistance qui renseigna les Britanniques pour la préparation de l’opération.

Sur le mur  une plaque de bronze commémore sobrement le souvenir des parachutistes britanniques : « C Company of the 2-nd Battalion The Parachute Regiment led by Major J.D.Frost M.C. fought the germans here on 28th february 1942 ». Elle a été inaugurée en 1982 en présence de François Mitterrand, du Prince Charles et du général Frost.

 

 

 

Cet espace est fleuri tous les ans par la British Legion qui y dépose sa couronne de coquelicots réglementaire.

A côté, une plaque représentant la médaille de la résistance rend hommage aux résistants français qui ont contribué au succès de l’opération.

 

 

 

 

Un long mur d’acier rejoint un grand caisson où est inscrit Mémorial de Bruneval. Là, le visiteur peut jouir du paysage à l’abri du vent.

A la droite du mémorial se trouve l'escalier Charles de Gaulle.

Un escalier de 130 marches, rappelant les 130 hommes du major Frost (qui n’étaient en fait que 119) ayant participé au raid, accède à la plage et au Perrey. Dans son milieu, est scellée une pierre de granit provenant des carrières du camp de concentration de Mauthausen.

En contrebas sur l’un des derniers paliers, un bas relief représentant un profil du Général surplombe une plaque de bronze sur laquelle est gravée un extrait du discours de mars 1947, ainsi qu’un hommage aux 200 000 Français morts en déportation.

La route nous mène à la plage de Bruneval et au Perrey Bruneval.

Le littoral entre Le Havre et Dieppe est connu pour ses falaises, ses ports et ses valleuses (ces petites vallées qui percent la falaise pour se jeter dans la Manche). Il en existe une un peu particulière, celle de Bruneval sur la commune de Saint-Jouin-Bruneval, entre Le Havre et Etretat. Il y a 40 ans, le port du Havre y a construit le port pétrolier d'Antifer pour pouvoir y accueillir des supertankers, mais l'activité y a toujours été réduite.

Tous les galets avaient disparu et dans l'urgence une digue en béton avait été créée. Elle s'était fortement détériorée depuis. Le port du Havre a accepté de créer une nouvelle digue, "promenade" cette fois. Ce que l'on appelle un perrey. Ce perrey de Bruneval a été inauguré le 1er juillet 2017.

Le perrey de Bruneval retrouve son élégance et devient un bel espace de promenade et de déambulation composé de galets, des murets, de bancs en bois, table de pique-nique…

Les pêcheurs se préparant pour partir en mer en attendant la marée.

D'anciennes photographies sont incrustées dans une paroi d'un mur. On y apprend qu'un "Castel des Kroumir" se trouvait sur cette plage au début du 20e siècle. Succesivement casino, colonie de vacances, maison de repos et de retraite, cet édifice sera detruit par les Allemands en 1943. Une nouvelle villa sera reconstruite dans les années 50. Elle est encore occupée mais en très mauvais état. 

 

Reportage suivant : Le Clos des Fées

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

1. Divin Voyageur 16/06/2018

Très chouette à lire
Merci

2. Mélanie Aublé 16/06/2018

Très instructif, merci beaucoup.

3. Jean Claude Jacques (site web) 15/06/2018

Beau reportage et jolies photos

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×