Sylvie et Patrick Quibel ont créé ce jardin de toutes pièces à partir de 1996.

A l'époque, ils ont acheté à Auzouvilles-sur-Ry, une ancienne ferme, ses dépendances et les 3 hectares qui l'entouraient.

Le Jardin Plume éveille la curiosité et suscite l’étonnement en raison des plantes peu familières qui le composent. 

On se promène dans une suite de jardins tel que: le jardin d'été, d'automne, d'hiver, le jardin plume, le jardin endormi, un bassin miroir, un potager très fleuri de fleurs lumineuses et naturellement un grand verger avec de beaux pommiers. C'est une succession de tableaux, les uns plus beaux que les autres avec de magnifiques perspectives reliant les différents jardins.

Dans ce jardin, les graminées sont reines et forment des panaches opulents et des brumes ondoyantes.

Elles sont audacieusement combinées à des vivaces pour former des scènes contemporaines vraiment ébouriffantes ! 

Le jardin d'été domine le verger et le bassin central.

Aux abords de la maison, les haies sont taillées avec plus de rigueur et encadrent des massifs aux couleurs vives et aux floraisons généreuses.

Les capucines et les zinnias y fleurissent tout au long de l’été. 

Dans d’autres massifs, des fleurs aux teintes plus délicates (rose, parme ou bleu) s’allient à des graminées qui frissonnent au moindre souffle de vent. Ce spectacle tout en légèreté justifie bien le nom de ce jardin. 

Une partie du verger originel a été conservée. L'endroit est divisé en axes est-ouest et nord sud, un miroir d'eau apaise l'endroit.

Ces carrés sont fauchés une fois l’an vers la mi-octobre, débarrassés de leurs chaumes et débris et tondus très ras avant l’hiver.

L'ombre des pommiers accueille les visiteurs qui s'octroient une petite pause détente sur la pelouse. C'est lui qui donne son nom au domaine tout entier. Ici pas de feuillage large, ni de fleurs volumineuses, mais une succession de graminées souples et flexibles qui accompagne les facéties du vent. Magique !

Une longue haie de buis, plantée il y a 15 ans, est taillée en une vague infinie structurant l'ensemble.

Les hirondelles viennent se nourrir d'insectes volant au ras de l'eau.

Le jardin de printemps.

Cet ancien potager clos d'échalas de châtaigner abrite le jardin des fleurs.

Les allées en briques ou en terre battue sont bordées de lavandes ou de buis.

Seuls le potager et le jardin d'automne sont visuellement clos. Ailleurs, les haies sont basses et laissent filer le regard, soutenu par le tracé des allées et les alignements de pommiers, vers le bocage normand.

Le cloitre de miscanthus.

Mi-cloitre, mi-labyrinthe, cet espace clos de miscanthus de haute taille abrite un petit bassin carré. C'est un endroit idéal pour la relaxation ou la rêverie.

Aux limites est et ouest de la prairie, de grands carrés abritent des graminées d'Amériques du nord.

Elles prennent à l'automne de remarquables teintes rousses.

La visite se termine par la pépinière où l'on peut se procurer les plantes vues dans les jardins.

Le Jardi Plume est labellisé "Jardin Remarquable".

 

 

Commentaires (1)

1. Broeders 13/10/2016

Grand Bravo Nicole...... superbe tes photos.... et tes macros très réussies.... moi j'ai pas encore le bon truc....
Toujours un grand plaisir de voir tes reportages.....
Merci de ce beau partage....
Gros bisous

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×