Curiosité touristique : Sur la route entre Etretat et le Havre (D940) au croisement avec la rue J. Argentain, il existe le rond-point dit du "Ramasseur de galets" inauguré le 13 juillet 2000.

Jean-Luc Plé est créateur de giratoires et a réalisé cette oeuvre. Le cheval fait 4,50 mètres de haut. 

Il symbolise le métier peu connu, mais pratiqué au 19e et 20e siècle sur cette Côte d'Albâtre, de ramasseur de galets.

Les galets étaient ramassés puis acheminés à dos de mules, ânes, chevaux, ou à dos d'homme dans une hotte en escaladant la falaise à l'aide d'une corde, vers une grotte aux dimensions impressionnantes dans la valleuse (petite vallée sèche en pays de Caux) de Bruneval, et puis on les triait et on gardait la bille la plus petite, car c'est la petitesse qui augmentait le prix.
Le galet, une fois broyé, entre dans la fabrication
de la porcelaine et de la céramique mais aussi dans la peinture servant notamment au marquage au sol des routes, entre autres choses.
L'exploitation a été telle qu'aujourd'hui il ne reste plus que la moitié de la ressource qui est une protection naturelle contre les tempêtes et l'érosion des plages.

Donc, quand vous irez vous promener sur les plages de galets, n'oubliez pas que le ramassage de galets est INTERDIT.


LA VALLEUSE DE BRUNEVAL

Le vallon de Bruneval descend de loin et de haut pour aboutir presque de plain-pied à la mer. Verdoyante par les pelouses aérohalines surplombant la mer.


À la fin du 19ème siècle Étretat était la station balnéaire en vogue et le tout Paris artistique et littéraire s’y retrouvait. Loin du tumulte et des festivités d’Étretat, nombreux seront les estivants qui viendront se détendre à Bruneval. Monsieur de Conty, alors auteurs des guides bleus touristiques, tombé amoureux du site sauvage et romantique de Bruneval, projeta d’en faire une station balnéaire. On lui doit bon nombre des constructions de Bruneval. Mais la station balnéaire concurrente d’Étretat ne vit jamais le jour.


Plage de Saint-Jouin : Le stationnement est facile;

possibilité de restauration sur place,

tables de pique-nique, aire de jeux pour les enfants, terrain de volley…

Poste de secours durant l'été, toilettes sèches...Tout est basé sur l'écologie.

A marée basse, on y trouve du sable mais à marée haute, on a seulement de gros galets.

Vue sur le restaurant le Belvédère situé 100m plus haut sur les falaises. De là-haut, on a un très beau panorama sur tout le Cap d'Antifer.


Les images impressionnantes d'un éboulement de falaise en 2013.

Le recul des falaises, c’est un phénomène qui inquiète beaucoup la Seine-Maritime. 
Dans la nuit du dimanche au lundi 15 juillet 2013, plusieurs pans se sont écroulés, au sud de la plage. Le phénomène s’est renouvelé dans la matinée, puis à midi. Au total, ce sont 20.000 à 30.000 de tonnes de falaises qui sont tombées.​ Le phénomène est assez rare en été. Il intervient davantage en hiver avec le gel et le dégel.​


Le terminal pétrolier Antifer

Le port du Havre Antifer est un terminal pétrolier situé à une vingtaine de kilomètres au nord du Havre et au sud d’Étretat. Il s’agit d’un port destiné à accueillir des super-pétroliers. Il se trouve à la droite de la plage.

La digue abrite deux appontements conçus pour des navires de 600 000 tonnes, reliés par des canalisations de grand diamètre aux réservoirs de stockage relais implantés en pied de falaise. Le pétrole déchargé au terminal d’Antifer, ne fait que transiter avant d’être stocké au Havre d’où les raffineurs l’utilisent selon leur besoin.

Le premier choc pétrolier, puis le second, vinrent ternir les perspectives grandioses pour le terminal pétrolier d’Antifer. Depuis bien des années maintenant, sous-utilisé le terminal n’accueille plus aujourd’hui que 50 à 55 pétroliers l’année : un trafic 5 fois moindre qu’il y a 25 ans, soit encore le quart de sa capacité optimal (Antifer a la capacité d’absorber l’ensemble des importations nationales).
Suite à plusieurs manifestations d'intérêt concernant l'exploitation d'une installation de GNL (Gaz Naturel Liquéfié), le Port Autonome étudie les diverses propositions reçues pour l'implantation d'un terminal méthanier sur le site d'Antifer.

La digue principale longue de 3,5 km a été conçue pour protéger des houles dominantes de secteur nord et pour donner le meilleur abri contre les courants. Cette digue en talus constitué d’enrochement silico-calcaire est coiffée par une carapace en blocs cubiques de béton de 12 tonnes côté port et 24 tonnes côté large.


La webcam de la plage


en route vers l'Abbaye de Saint-Wandrille

 

 

Commentaires (1)

1. Broeders Christiane 28/09/2015

Magnifiques photos.... Bravo et Merci Nicole pour ce beau reportage

<3 <3 <3

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site