Sur les traces du gentleman cambrioleur.

Les falaises d’Etretat ne constituent pas le seul intérêt de la petite station balnéaire de Haute-Normandie. Un sympathique musée s’offre également à vous. Comme son nom l’indique, le Clos Arsène Lupin, à travers une scénographie son et lumière, se consacre au personnage de fiction Arsène Lupin.

L’emplacement et l’existence même du musée ne doivent rien au hasard. La demeure normande du n°15 rue Guy de Maupassant fut, en effet, la propriété de Maurice Leblanc, célèbre créateur des aventures de l’illustre gentleman  cambrioleur. L’écrivain de roman policier, né en 1864 à Rouen, y passa chaque été pendant près de 20 ans, avec sa femme Marguerite et son fils Claude. C’est d’ailleurs, dans cette maison que l’auteur rédigea les différentes aventures d’Arsène Lupin. 

On y pénètre par une porte qui ouvre sur un jardin planté d'arbres ancestraux, et de pelouses bordées de rosiers.

Au fond sur la droite, on aura qu'à suivre la voie dessinée par la pergola pour accéder à la maison.

La visite audio guidée démarre dans le cabinet de travail de l’écrivain Maurice Leblanc. L'écrivain prend la parole le premier pour quelques mots de bienvenue et quelques confidences. Puis, quelqu'un s'introduit dans le cabinet… une voix inoubliable… celle de Georges Descrières, c'est Arsène Lupin ….

"Je vais vous faire visiter la maison, vous avez de la chance d'être tombés sur moi, vous ne trouverez pas de meilleur guide. Allons-y, suivez-moi, ne vous égarez pas, les couloirs secrets ne manquent pas, et puis…gardez vos mains près de vos poches et de vos sacs, mesdames, on ne sait jamais ".

 

Le bureau de Maurice Leblanc.

Nous arrivons ensuite dans le salon avec des oeuvres dérobées.

Observez la cape et le chapeau d'Arsène posés sur le canapé.

Mais qui est cet héros de papier créé en 1905 avec sa 1ère apparition dans le magazine Je sais tout ? Cultivé, rusé et charmeur, Arsène Lupin fait preuve d'un goût très sûr en matière de peinture, et d'une excellente connaissance de l'art. N’a-t-il pas caché dans l'Aiguille Creuse La Joconde de Léonard de Vinci, des Botticelli et autres Rembrandt ? Ne dérobe-t-il pas à l'âge de 6 ans le précieux collier de la reine Marie-Antoinette dont la possession faisant la fierté des Dreux-Soubise ? Arsène Lupin est un homme aux multiples pseudonymes, sachant revêtir de nombreuses identités pour parvenir à ses fins et atteindre son butin... 

Commence alors un voyage dans son repaire pour découvrir ses exploits, ses traits d'esprit, ses conquêtes féminines, ses multiples personnalités… mais aussi résoudre avec lui l'énigme de l'Aiguille Creuse. Mise en scène, jeux d'ombres et de lumières, ambiances sonores , atmosphère de mystère…

S’ensuivent des pièces aux noms aussi évocateurs qu’énigmatiques : « la chambre du Chiffre », « la Salle des 47 Lupins », « on touche au but ! », « le secret de l’Aiguille » et enfin « Lupin court toujours ».

La chambre du chiffre.

Chambre : La salle des  47 "Lupins"

Chambre : on touche au but !

Chambre : Le secret de l'Aiguille.

Le Mystère de l'Aiguille Creuse renferme un secret que les rois de France se transmettent depuis Jules César…et dont Arsène Lupin s'est rendu maître. La fameuse aiguille contient le plus fabuleux trésor jamais imaginé, il rassemble les dots des reines, perles, rubis, saphirs et diamants…la fortune des rois de France.

Il ne fait aucun doute qu'Arsène Lupin a participé à la renommée d'Etretat et de cet étrange pic planté à son abord ouest que l'on ne peut approcher à pieds secs que quelques jours par an, lieu unique situé en Normandie et mondialement connu.

Arsène Lupin avait seul le privilège d'y accéder de tout temps par des chemins et des détours connus de lui.

Chambre : Lupin court toujours.


Au moment de la Seconde Guerre mondiale, les Leblanc s’exilèrent dans le midi de la France. Maurice Leblanc ne revint jamais à Etretat. 
La demeure changea plusieurs fois de propriétaire jusqu’à ce que Florence Boespflug, petite fille unique de Maurice Leblanc, apprenne sa mise en vente et décide de l’acquérir afin d’en faire un musée en l’honneur de son grand-père et de son héros de fiction.

Elle imagina un itinéraire scénographique à travers la maison puis fit les travaux et aménagements ad hoc. C’est ainsi que le Clos Arsène Lupin, également connu sous le nom « Maison Maurice Leblanc », fut inauguré le 26 juin 1999.


Reportage sur Maurice Leblanc

Reportage de FR3

La collection d'ivoire au château de Dieppe

 

 

Commentaires (1)

1. pascal gatto 21/02/2017

Rien a dire de plus que BRAVO. Tu a sue trouver les bonne vidéo qui hypnotise le lecteur et complète bien ton travail . Merci .

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×