Nous allons débuter ici les reportages sur les lieux visités durant nos vacances en Haute-Normandie en Septembre 2015.

 en Seine-Maritime, à 8km de Fécamp.

Pour certains reportages, ce seront des suites de certains villages déjà visités et vous aurez la possibilité de relire les pages éditées les années précédentes car je vous donnerai les liens pour votre facilité de navigation.

Bonne visite et surtout bonne découverte de la région du Pays de Caux.


C'est une commune de la Vallée du Dun très verdoyante et proche des plages de Saint Aubin sur mer (8km), Veules les Roses (7km).

La chapelle Sainte-Marguerite-du-Dun est une chapelle située à la sortie du village de La Gaillarde (Seine-Maritime), en contrebas de la route qui mène à la mer.

Cette chapelle est le plus anciens des édifices du Pays de Caux, mais seul le portail Nord est de style typiquement normand.

La chapelle servit de lieu de prière pour les lépreux et plus tard, après la révocation de l'Edit de Nantes en 1685, de lieu de célébration pour les mariages protestants.

C'est un petit édifice rectangulaire de la première moitié du 12e siècle.

En dehors des éléments moulurés ou sculptés, qui sont en calcaire, l'édifice est construit en tuf (pierre de rivière).

L'intérieur, couvert d'une charpente apparente, a perdu toute trace de décor.

La façade occidentale est renforcée à chaque extrémité par un contrefort plat flanqué de colonnettes cantonnées.

On retrouve un contrefort aussi élégant sur le mur nord, à droite d'un joli portail qui est la partie la plus séduisante de la chapelle.

Ses trois voussures s'ornent de motifs géométriques caractéristiques du 12e siècle.

Les chapiteaux sont décorés de motifs de feuillage, à l'exception de l'un d'eux qui représente un beau masque.

Jusqu’à la Révolution, cette chapelle a été sous la dépendance des moines de l’Abbaye de Fécamp mais reprise par des seigneurs locaux selon les Archives en 1283, 1483, 1512 ... A partir de la révolution, elle fut rachetée par des propriétaires terriens pour les usages agricoles.

Elle a été achetée en 1990 par la commune du même nom qui l'a fait restaurer, grâce à une association créée par des bénévoles enthousiastes.


Perdu au beau milieu de la campagne normande quelques kilomètres plus loin, on découvre , ce tout petit village qui est le lieu d'enfance de Bourvil.

André Raimbourg, plus connu sous le pseudonyme de Bourvil, a passé sa jeunesse au hameau de Tonneville dans une ferme attenante à la rue qui porte aujourd’hui son nom.

Septembre 2005 :  le petit village de BOURVILLE inaugure cette Stèle.
Car si Bourvil est né à Prétot-Vicquemare, c'est dans ce petit village de 300 âmes que sa mère est revenue s'installer.
Il existait bien une rue André Raimbourg, mais aucun autre hommage avait été rendu à l'acteur.


Ses 2 fils, sont venus inaugurer une stèle de briques rouges sur laquelle on retrouve plusieurs moments de sa carrière : photos de jeunesse, clichés de films et photos familiales.

Elle se trouve sur la place de la mairie.


 

Suite du reportage : Saint-Valery-en-Caux

 

 

Commentaires (2)

1. pascal gatto 21/02/2017

super pour l'acteur Bourvil , bel hommage du village . Bravo

2. Broeders Christiane 21/09/2015

Bravo Nicole..... et j'admire en plus toutes tes recherches historiques.... en plus de belles photos bien sûr.....
On attend la suite....
Big bisous à vous deux...

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×