Traditions suite

L’univers cidricole occupe une place de choix avec un nombre impressionnant de pressoirs et d’alambics des temps immémoriaux à un passé récent.

Alambic à repasse datant du 18e siècle.

La Normandie étant réputée pour ses pâturages naturels et son bocage qui sont habituellement plantés de pommiers destinés à produire le cidre, la majorité des fermes produisait jusqu’à récemment son propre cidre et son calvados. Des alambics sillonnaient la campagne pour réaliser ces distillations.

Il existe plus de 1.000 variétés de pommes à cidre

Les pommes à cidre sont des pommes spécialement sélectionnées pour produire un cidre ou un calvados de qualité. Elles sont généralement de petite taille et riches en tanins.

On gaulait les pommes à l'arbre à l'aide d'un très long bâton de plusieurs mètre de long dénommé "gaule". Ainsi on détachait de l'arbre les fruits restés dans le pommier.

Traditionnellement, les pommes à cidre sont ramassées à la main. 

Un "hérisson" permettait de ramasser plus de pommes en une fois sans s'abîmer les mains ou se faire piquer par les orties. 

Les pommes ramassées à la machine devront être traitées dans les 48 heures tandis que celles ramassées à la main peuvent attendre une dizaine de jours voir plus si elles sont bien saines.

Dans des temps plus reculés on écrasait la pomme dans un tour grande pièce circulaire munie d'une grosse meule en pierre tout comme le tour lui même. Un cheval était attelé sur le coté et en avançant il écrasait les fruits par cette meule.

Un vieux pressoir du 16ème siècle encore en fonction !

On alternait des couches de pommes broyées et de paille. Puis on pressait durant plusieurs jours pour receuillir le jus.

Le casse-croûte des ouvriers.

Le pot-pucheux en patois cauchois veut dire un pot pour puiser de l'eau comme dans la mare du clos-masure pour la préparation du cidre par exemple.

Un broyeur de pomme.

Les pommes se mesurent en "rasières".

Une rasière équivaut à +/-25 Kg 

Le poids peut varier d'une région à l'autre.

Ce sont aussi des outils à greffer, des champeleurs (robinets à barrique), des tire-bouchons en pagaille…

Des vinaigriers pour le vinaigre de cidre.

Une ancienne publicité pour une marque de Calvados avec un effet d'optique. En effet, on a l'impression que le visage est en relief mais en réalité le tableau est creux au niveau du visage.

 

Le Calvados produit en Seine-Maritime ne peut pas s'appeler ainsi mais bien eau-de-vie de pomme car c'est une appelation contrôlé pour le département du Calvados.

 

Cliquez sur la publicité pour connaître l'histoire du calvados

 


Les voitures à cheval anciennes.

Un corbillard qui a encore été utilisé l'an passé.

A gauche : un taxi déservant la gare de Deauville

A droite : une voiture qui était utilisée par les médecins et vétérinaires de campagne qui emportaient avec eux les médicaments d'urgence.


Objets insolites !

Un fauteuil "bain de soleil" très en vogue, au début des années 1900, sur les plages normandes. 

Ces premiers touristes ne savent pas nager. Pas question de s’éloigner du bord : on se trempe tout habillé, en marchant dans la mer.

Pas question non plus de bronzer, c’est vulgaire !

Une cabane de berger

L'ancêtre de la caravane !

Elle permettait au berger d'avoir un minimum de confort et de pouvoir s'allonger sur une couche spacieuse à l'arrière pour inviter quelquefois sa bergère 

Un joug de boeuf peint en couleur "bleu charrette" qui agissait comme répulsif contre les insectes et spécialement les mouches.

 

Découvrons le Musée des sapeurs-pompiers de France à MONTVILLE

 

Commentaires (1)

1. christiane Broeders 20/07/2017

Super..... merci Nicole pour cette belle visite

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×