La ville de Fécamp

Fécamp séduit par son authenticité.

Ville d'Art et d'Histoire, Fécamp vous invite le temps d'un séjour à découvrir son riche passé ducal et maritime. 


Le phare et la plage

Situé sur ce que l'on appelle la pointe Fagnet, le phare de Fécamp mesure 14,50 mètres de haut et date de 1836.

C'est un phare automatisé

Une vidéo qui va vous montrer la force des vagues contre la falaise par grand vent

Pour revoir les autres photos de la plage de Fécamp, prises au mois de mai 2012, cliquez ici 

Un reportage sur le port de cabotage, de plaisance....


L'abbatiale de la Sainte Trinité

La ville de Fécamp a derrière elle un passé religieux extraordinairement riche.

Cliquez-ici pour avoir son historique et voir d'autres photos

La Sainte Trinité de Fécamp a été fondée en 660. La légende raconte que le futur Saint Ouen fit un jour halte chez un riche propriétaire de Fécamp. Ce dernier était malade et l'évêque pria pour sa guérison. Son vœu fut exaucé et l'homme fit don au religieux de ses terres pour qu'il y fasse construire une abbaye de femmes.

Classé Monument Historique, l'Abbatiale gothique de la Sainte-Trinité étonne par sa lumière et ses volumes. Elle est aussi longue que la cathédrale Notre-Dame de Paris et possède notamment la sépulture des 3ème et 4ème ducs de Normandie.

La tour lanterne a une hauteur de 60 mètres.

Décoration du choeur

Parmi les autres objets remarquables se trouvent une exceptionnelle horloge astronomique à marée de 1667

 

Construite en 1667, c'est une des premières horloges à deux aiguilles. Elle indique les heures et les minutes, la lunaison et les forces des marées...

Son cadran est à 11m du sol, peint directement sur le mur et derrière se trouve le mécanisme fixé sur une charpente de bois.

Au-dessus du cadran se trouve un globe lunaire de 43cm de diamètre, mi-noir mi-blanc, sur laquelle est peinte une figure humaine. Ce globe effectue le même mouvement que le disque central et indique également les phases de la lune.

Entièrement forgés, les rouages ont été assemblés par Antoine Beyssac, maître horloger rouennais.

 

Les clôtures des chapelles absidiales de la première Renaissance

ou encore une Dormition de la Vierge du XVe siècle.


Dans le jardin du presbytère, en face de l'abbatiale, se trouvent quelques ruines de l'ancien château des ducs de Normandie. La première résidence ducale, édifiée au Xe siècle sur l'emplacement d'un ancien monastère de femmes détruit par les Vikings, n'est qu'un édifice de bois inspiré des constructions nordiques. Richard Ier et surtout son fils Richard II, font de la ville l'une des capitales du duché. Le palais, reconstruit en pierres par Richard II, est protégé par une enceinte très élaborée pour l'époque : ses tours et son mur d'enceinte remplacent le bois par la maçonnerie, rare et chère. 

 


La tour de la Maîtrise appartenait à l'ancienne enceinte de Fécamp, dont la défense était assurée par de tours alternativement rondes et carrées.

Ce bastion carré à deux étages, monté sur une cave voûtée, en plein-cintre, a accueilli la célèbre Maîtrise de Fécamp, ensemble musical et vocal au service de l'abbaye.

Son répertoire était si riche, dit-on, qu'on pouvait le chanter pendant dix ans sans répéter deux fois le même morceau.

 

Continuons notre route le long de la côte vers Veules-les-Roses 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×