Plouha - Kermaria

Les falaises de Plouha, au nord de Saint-Quay-Portrieux, constituent sans aucun doute l'un des plus beaux sites sauvages des côtes bretonnes. 

Haute de 104 mètres, la Pointe de Plouha est le point culminant de la côte rocheuse longue de 14 km et abritant des criques dissimulées, des aires de nidification pour oiseaux, un ancien port ainsi qu’une chapelle renfermant des fresques terrifiantes.

La plage du Palus, un sublime croissant de sable.

Entourée de falaises, la plage du Palus se situe à la frontière entre Plouha et Treveneuc.

À marée basse, la mer laisse la place à une grande étendue de sable.


Kermaria est un petit village de Plouha, situé à quelques lieues à l'intérieur des terres.

Kermaria An Iskuit est le fleuron patrimonial de Plouha. C'est une chapelle dédiée à la Vierge Marie. Elle fut édifiée en plusieurs étapes entre le 13e et 15e siècle.

Devant l'édifice, un calvaire tout en simplicité s'étire sur un socle massif qui servit parfois d'oratoire.

À l’intérieur du porche, les parois abritent les statues en bois polychrome des douze apôtres.

La porte intérieure du porche est surmontée par une Vierge en pierre polychrome et des voûtes peintes.

Au 1er étage, un édifice rectangulaire entouré par une fine balustrade servait de secrétairerie et aussi d’auditoire : le seigneur de Lizandré-Kermaria y rendait la justice et recevait l’hommage de ses vassaux. 

Un souterrain construit dans le caveau de la chapelle était destiné à assurer la fuite des seigneurs locaux en cas de conflit. Impraticable depuis bien longtemps, il aboutissait en plein champ, plus loin vers la côte.

La chapelle, classée monument historique, doit sa renommée grâce à la découverte d'une fresque du Moyen Âge représentant la Danse Macabre. Il s'agit de l'une des rares représentations murales de cet art macabre en France.

La danse macabre visible sur les murs de la nef a été réalisée entre 1483 et 1501. Auparavant cachée par un badigeon, elle a été redécouverte en 1856.
Cette danse s'inspire de la danse macabre peinte à Paris en 1425 sous les arcades du cloître du Charnier des Innocents, dont les reproductions circulèrent dans toute l'Europe.
Les figures, qui se tiennent par la main, représentent des personnages vivants, de tous âges et de toutes conditions sociales, séparés par des cadavres décharnés qui rythment la farandole. La danse commence au sud (côté chapelle seigneuriale) et se termine sur la face nord. Elle se compose d’une trentaine de personnages de 1,30 mètres de haut, qui apparaissent selon un ordre social décroissant.

 

 

  • 2 votes. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Christiane Broeders
    • 1. Christiane Broeders Le 19/03/2021
    Magnifique Bretagne.... Merci Nicole pour ce beau reportage....
  • Elodie
    • 2. Elodie Le 17/03/2021
    Plouha est un très bel endroit qui mérite le détour! :)

Ajouter un commentaire

 
×