Le Temple de Lanleff

Non loin de Paimpol, le temple de Lanleff est l'un des plus énigmatiques monuments du patrimoine de la Bretagne.

C'est sans doute le plus ancien édifice du Haut Moyen-Age encore visible en Côtes d'Armor.

Photos prises en mai 2012

Avec sa construction en rotonde, il intrigue depuis des siècles.

Certains voyaient à Lanleff un temple gallo-romain, d'autres un baptistère mérovingien.

C'est un monument en ruines, en grès rose, hélas trop friable, que le temps dégrade fortement. On trouve aussi un certain nombre de pierres volcaniques de couleur sombre, appelées spilite ou tuffeau vert; il y a même quelques blocs de granite gris-beige.

Il est classé au titre des monuments historiques depuis 1889.

C'est en fait une ancienne église de style roman, construite sur un plan circulaire, comme l'église abbatiale Sainte Croix-de-Quimperlé. Si sa forme fait référence à celle du Saint Sépulcre de Jérusalem, il s'agit ici « d'une rotonde mariale dont le nombre est grand en Europe à l'époque romane ».

L'édifice se présente à l’origine sous la forme de deux enceintes circulaires concentriques séparées par un déambulatoire. Aujourd’hui, ne reste qu’une partie de l’enceinte extérieure comportant encore deux absidioles sur trois préexistantes.

Le temple de Lanleff compte 12 arcades et 12 colonnes. Dans la symbolique chrétienne, ce chiffre représente « ce qui est complet » en référence avec les 12 tribus d’Israël, les 12 apôtres, les 12 mois de l’année ou les 12 signes du Zodiaque…

La plupart des bases de colonnes et leurs chapiteaux est ornée de décorations inscrites dans la pierre, le plus souvent des formes géométriques, mais on trouve aussi des représentations humaines et animales. Ces décorations, très frustes et dégradées semblent antérieure à ce que l’on connaît des XIème et XIIème siècles.

On a, en outre, compté plus de 140 éléments décoratifs ornant les chapiteaux et les bases de colonnes dont une fameuse représentation de "Adam pudique", la représentation humaine aux mains avec de très grands doigts


Un peu en contre-bas de l’édifice, se trouve un lavoir,  alimenté par une source dite  « fontaine ».

LA LÉGENDE DE LA FONTAINE.

On raconte que par les profondeurs de la fontaine, on pouvait communiquer avec le diable.

Une pauvre et affreuse femme fit un troc avec le diable : son enfant en échange de pièces d'or. Lucifer conclut l'affaire et déposa une poignée de pièces sur la margelle de la fontaine, sise près du temple. Puis il saisit l'enfant et l'emporta. Quand la mère indigne voulut récupérer son butin, elle se brûla gravement : les pièces sortaient tout juste des flammes de l'enfer.

Dans un cri de douleur, elle lâcha l'or si convoité et les pièces s'incrustèrent à tout jamais dans le granit de la margelle. Si vous passez par Lanleff, rendez-vous à la fontaine. Vous mouillerez la margelle et 14 pièces apparaîtront. Mais avant de les ramasser, réfléchissez bien. L'or du Diable n'a apporté que le malheur aux pauvres mortels que nous sommes.

 

 

  • 1 vote. Moyenne 5 sur 5.

Commentaires

  • Elodie
    • 1. Elodie Le 17/03/2021
    Un lieu en ruine mystérieux et énigmatique!
  • Divin Cheefer
    • 2. Divin Cheefer Le 16/03/2021
    Très chouette à redécouvrir...
    Merci
  • Marie Remond
    • 3. Marie Remond Le 15/03/2021
    Super reportage! Merci Nicole , chouette on a l'impression de partir un peu en vacances

Ajouter un commentaire