2. Le Moulin de Rotrou à Vaas

Pas moins de 12 moulins étaient dénombrés à Vaas, pour les céréales, le travail du tan (écorse de chêne) et le chanvre. 

Le bief

Datant du XVIe siècle, le Moulin de Rotrou (ou Moulin de Robert en hommage au dernier meunier qui l’a exploité) se situe sur la commune de Vaas, au bord du Loir. Grâce à l’association locale des amis du moulin, les visiteurs peuvent découvrir sur place les différentes étapes de la fabrication du pain.
Le 1er mai 1948, Robert et Ginette Cholière s'installent au moulin de Rotrou avec leur jeunesse et leur enthousiasme. Ce moulin resta en activité jusqu'en 1986. En souvenir de son mari, la propriétaire Ginette Cholière continue de le faire tourner. 


Ginette raconte : « C'est le meunier qui va chercher son grain et c'est le meunier qui livre sa farine .
Le contingent est de 7000 Quintaux annuels et pendant 20 ans, çà a tourné jour et nuit . Moi, je faisais plus la nuit et Robert plus le jour ... ».

" Un moulin qui ne tourne pas, c'est comme un bal sans musique" comme le disait Robert.

Des panneaux expliquent toute l'activité du moulin

La grande roue à aubes qui entraîne toutes les machines permettant au grain de blé de devenir farine.

« La roue à aube active un rouet de fosse, une grande roue qui tourne à 7 tours/minutes, qui, grâce à un multiplicateur, un système mécanique similaire aux roues à pignon des vélos, atteint les 750 tours/minutes au niveau de la génératrice de 7,5 kW » explique Françoise Olivier. Le moulin de Rotrou est désormais un hybride farine/électricité, puisque sa puissance, et surtout celle du Loir paresseux, ne lui permet pas de faire les deux en même temps. Soit le moulin moud, soit il turbine.
Une installation étonnante et astucieuse, ouverte aux curieux. 

Toutes les machines sont encore en état de fonctionnement, trieur-ventilateur, mouilleur, broyeurs,

au premier étage : un planchister....

Un plansichter est une machine généralement utilisée dans les moulins et autres minoteries. Il permet, par blutage, la séparation des différents finots, semoules et farines. Plansichter vient des deux mots allemands plan, qui signifie plan, et sichter, qui signifie blutoir ou tamis, ce qui permet de traduire par « tamisage plan », par opposition au blutoir traditionnel rotatif autour d'un axe horizontal.


Dans le musée « Du blé au pain », découvrez les outils de la moisson, de la meunerie et de la boulangerie à travers les âges et les pays.


3.Les grands moulins du bourg, du XVIème siècle

Etablis sur le Loir, au barrage de Vaas. L'un des moulins est transformé, dans les années 1850, en carderie de laine, de coton et de fabrique d'ouate, mais doit cesser ses activités avant 1914. En 1916, deux moulins (appelé moulins d'Orion, du nom du dernier meunier) à blé sont en activité. L'abbaye de Vaas fut propriétaire des moulins jusqu'à la Révolution. Arrêtés en 1968.

Le barrage sur Le Loir près des grands moulins du bourg.

Dans ces anciens lavoirs, des femmes nettoyaient les peaux pour les conduire par la suite à la tannerie installée dans les grands moulins.

 

 

 

Commentaires (1)

1. Divin 03/06/2016

Interessant et chouette à lire
Merci pour le temps que tu passes à ous faire tout cela

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×