Site officiel du jardin

Visite virtuelle à 360°

A 12 km de la ville de Cholet, dans la belle région d'Anjou, le Parc Oriental de Maulévrier s'étend sur près de 30 hectares au pied du château Colbert, il est le plus grand jardin japonais en Europe.

A la fin du XIXe siècle, l'architecte parisien Alexandre MARCEL se passionne, comme le voulait la mode de l’époque, pour l’orientalisme et plus particulièrement le japonisme.

C'est lui qui crée un paysage japonais dans le parc.

Ce jardin a été laissé à l'abandon pendant 40 années, entre 1940 et 1980. Réaménagé et restauré entièrement depuis, le parc a repris aujourd'hui toute sa splendeur d'autrefois.

Ce parc est nommé oriental car il contient certains éléments asiatiques ne provenant pas du Japon.

Il est constitué d'éléments symboliques de la culture japonaise autour du cycle de la vie ...

Le Temple Khmer

Situé à la croisée des chemins, son emplacement est déterminé par un symbolisme qui lie l’orientation, la couleur et le cycle saisonnier. Il faisait partie du pavillon du Cambodge de l’exposition universelle de 1900, aménagé par Alexandre Marcel. Il est en partie une reproduction d’un des pavillons d’Angkor Vat.

Ce temple a été remonté et moulé sur place à Maulévrier. L’ensemble des fissures est volontaire, Alexandre Marcel avait appelé ce bâtiment « la ruine du temple ». Les deux statues, les têtes de piliers et la frise frontale ont été réalisées d’après les moules de l’exposition universelle.

A l’intérieur, on peut voir une statue de Bouddha. Il est assis dans la position du Lotus, sur les anneaux du Naja, le serpent mythique et génie des eaux, qui le protégea du déluge et du soleil lors de sa grande méditation. Initialement à l’extérieur, parmi les rochers, cette statue a été placée à l’intérieur et drapée de tissus par les cambodgiens de la région de Cholet, pour qui le temple est aujourd’hui un lieu de culte.

Sur le fronton, on voit sourire les figures exquises des apsaras, les danseuses et danseurs divins qui prodiguent aux dieux et aux heureux élus les joies du paradis.

Aux coins, les génies du monde souterrain protègent le temple des mauvais esprits. Les statues qui encadrent l’entrée du temple sont hindoues et furent utilisées par Alexandre Marcel pour la construction du palais hindou de la cité Héliopolis. La statue de droite représente le dieu Vishnu. Il porte ici la massue de la justice. Il est également le dieu conservateur et de la sagesse. A gauche se trouve sa femme Lackmi, déesse de la beauté et de la fortune.

La végétation est riche de plus de 300 espèces de végétaux d'essence exotique (le parc est aussi le 3ème arboretum des Pays de Loire), dont certains sont travaillés à la manière des paysagistes japonais.

Ile de la grue.

La couleur rouge du pont et du torii, situé sur l’île de la grue, signale l’importance et le caractère sacré de ce lieu.

Ile de la tortue

Le nom donnés aux îles du paradis, île de la grue et île de la tortue, représente le principe du yin et du yang, une harmonie entre 2 êtres opposés.

Le cours d’eau qui traverse le jardin  peut être comparé au cycle de la vie : chaque étape de ce cours d’eau évoque une période particulière, et son symbolisme (ex : l’étendue du lac représente la vieillesse et la retraite, une période faite de sagesse, de sérénité, de connaissances et d’expérience).

Au Japon, les lanternes sont à l'origine employées seulement dans les temples bouddhistes où elles sont alignées et éclairent les chemins.

Les lanternes de pierre sont rendues populaires par les maîtres du thé qui les utilisent comme décoration dans les jardins.

Ce jardin est chargé de messages ; chaque détail a sa signification et son rôle. Il est l'horloge des jours, des saisons, de la vie, harmonie de l'espace et du temps. Il évoque les différentes visions du paradis oriental, son rôle étant de capter le souffle où l'esprit de la nature tout en écartant les maléfices.

Vue du Temple Khmer depuis l'embarcadère.

L'embarcadère fut totalement détruit durant la période d'abandon. Il a été reconstruit en 1987 d'après des photographies prises lors de sa construction en 1910.

Au sommet du bâtiment, le phénix domine. Cet oiseau mythique orne souvent les sommets des temples dans les jardins japonais.

 

Commentaires (2)

1. Brigitte Vanderhaegen - Limage 16/11/2014

très joli parc....les photos sont splendides ,j'aime particulièrement celles des ruisseaux.! Mais je tire mon chapeau a notre reporter favori ...bisous Clione

2. gatto pascal 04/06/2014

ce parc et fabuleux , tu voyages très loin ,tout en te promenant ,l’île de la tortue et l’île de la grue , on les retrouve souvent dans les légendes pour les enfants ( dessin animé) mais la c'est un vrai plaisir à découvrir, merci pour ça ......

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×