Au cœur même de la ville, venez découvrir le Géant de Sedan, une forteresse construite il y a bientôt 6 siècles.

Édifié en 1424, par Evrard de La Marck, l’imprenable Château Fort de Sedan a toujours eu une double fonction : forteresse redoutable et résidence princière luxueuse.

 

Blason de la famille La Marck    

 

 

 

C'est l'une des plus grandes forteresses d'origine médiévale d'Europe avec 35.000 m2 sur sept étages et des murs de plus de 7 m de large (le mur le plus épais avoisine les 27 m de large). 

Il fallut près de 150 ans pour construire le château fort de Sedan, un ouvrage des plus complexes, qui ne fut jamais pris par les ennemis malgré plusieurs tentatives. 

Le circuit est jalonné de différentes scènes de vie relatant le quotidien des princes, soldats ou domestiques sous la Principauté.

 

Le château écrase de sa masse énorme la petite ville de Sedan blottie à ses pieds.

 On commence la visite par s'enfoncer vers les profondeurs,

 traversant des salles de garde garnies de guerriers redoutables,

 Soldat portant une caisse de munitions.

puis on remonte vers les hauteurs jusqu'au sommet des tours jumelles, d'où un magnifique panorama vers la ville de Sedan et ses monuments, jusqu'à la forêt d'Ardenne,

 

En contrebas, la ville était séparée du château par un formidable fossé qui allait des remparts jusqu'aux trottoirs.

 Ce type d'ouvrage en forme d'éperon, sert à la défense des fossés. Ce système se retrouvera par la suite dans toutes les forteresses. 

 Le rempart Ouest 



Ce rempart, aussi appelé terrasse à canons, fut construit au tout début du 16e siècle pour fortifier le château fort. Large de plus de 20 mètres, il est construit grâce à l’amoncellement de tonnes de terre et de pierres entre deux murailles. 

 

Echauguette d'angle du bastion des Dames (la seule subsistante)
Guérite en pierre placée en encorbellement sur la muraille ou l'angle d'une construction fortifiée, permettant d'en surveiller les abords.

L’entrée des Tours Jumelles
Cette entrée était celle du château primitif. 

A l’époque, au début du 15e siècle, le niveau du sol était plus bas qu’aujourd’hui, portant ainsi la hauteur de la porte à une dizaine de mètres !

  

Cette porte était autrefois protégée par un assommoir : un dispositif permettant de lâcher de grosses pierres sur les ennemis. En levant la tête, vous apercevez le trou de cet assommoir. On jetait très rarement de l'huile bouillante sur les assaillants des châteaux forts car c'était un produit trop cher à l'époque. On jetait plutôt des pots remplis de poix, de soufre et de salpêtre ou bien tout simplement de l'eau bouillante.

La première salle de garde.

 

Dans cette salle  se trouve un arbalétrier.

En effet, les hautes meurtrières largement ébrasées vers l’intérieur permettaient l’utilisation d’arbalètes.

L'accès à cette salle se fait grâce à un escalier tournant dans le sens des aiguilles d'une montre. Il s'agissait d'une technique de défense passive : en montant, les soldats ennemis manquaient de visibilité pour manier leur épée. Ils devaient alors saisir leur épée de la main gauche avec laquelle ils manquaient d'habilité. De là vient l'expression "passer l'arme à gauche".

Une autre technique de défense passive !

Les marches de l’escalier d’accès sont volontairement irrégulières pour rendre plus difficile la montée des assaillants et l’envers des marches supérieures est très bas. Quiconque était poussé dans l’escalier se cognait douloureusement l’arrière de la tête.

La salle des Veilleurs

 

Remarquez le blason (en damier) des La Marck sur la poitrine du gardien.

Cette pièce servait de salle de repos aux soldats qui n’étaient pas de garde. Ils y bénéficiaient d’un très maigre confort et n’avaient pas le droit d’ôter leur équipement : gambison, cotte de maille, surcot…

Les gardes n'étaient pas en permanence au poste de surveillance mais ils restaient toujours sur le qui-vive. Ils pouvaient venir ici pour se réchauffer, se restaurer ou se détendre. En cas d'alerte, un passage secret, menait vers les appartements du seigneur pour l'avertir.

Les latrines se trouvaient dans une petite salle à côté de la salle des Veilleurs.

Elle servait aussi de garde-robe. Les soldats y déposaient leurs uniformes afin de faire fuir les parasites grâce à l'odeur ammoniaqué de l'urine.


 La rampe Est pour arriver au sommet des tours jumelles  et qui permet la vue sur la cour primitive et les vestiges du prieuré Saint Martin qui se trouvait là avant qu’Evrard ne bâtisse son château.

 

 

 Le sommet des Tours Jumelles 

Depuis cet endroit, on domine la ville de Sedan. Autrefois composée de trois villages fortifiés (le Ménil, le Villers, et le Moulin), la ville s’est considérablement étendue au fil des siècles et ses fortifications ont disparu au 19e siècle.


Continuons notre visite vers la Galerie des Princes. Cliquez sur le soldat 

Commentaires (1)

1. pascal gatto 28/04/2014

comme par habitude , un vrais régale d'histoire qui nous fait décoller dans un univers d'aventure et qui sen hésiter, nous fait passer a la page suivante hihihi

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×