Le petit village d'Avioth (125 habitants) est dominé par une impressionnante basilique gothique construite du XIIIe au XVe siècle

et liée au culte à Notre-Dame d'Avioth depuis le début du XIIe siècle.

Cet édifice est classé Monument historique dès 1840.

Elle vous surprendra par ses dimensions, 41 m de long et 18 m de haut sous les voûtes, et son architecture.

En excellent état de conservation, elle impressionne par la richesse de ses décors sculptés.

Contrairement aux sorcières qui sont réputées monter sur des boucs pour aller au sabbat, le personnage représenté ici sort les mains jointes du dos d'un dragon vert. Car il s'agit de Sainte Marguerite d'Antioche, une sainte très populaire au moyen-âge, dont l'attribut symbolique est un dragon.
Jetée en pâture à un dragon qui l'avala, elle sortit cependant indemne du corps du monstre, qu'elle attacha avec sa ceinture et qu'elle contraignit à la suivre.

Elle était la patronne des femmes en couches.

  

Un gisant avec deux chiens à ses pieds, symbole de la fidélité.

 

   

 Un lien très intéressant avec l'historique de la basilique et photos explicatives :

cliquez ICI 


  A l'extérieur de l'édifice, un monument unique au monde !

La Recevresse, véritable dentelle de pierre, joyau gothique flamboyant, avait pour principale fonction anciennement  de servir d'auditoire prévôtal  de justice seigneuriale et de recevoir les offrandes des pèlerins.

 

 Si ceux-ci n'y déposent plus leurs offrandes, elle continue d'attirer tous les regards.

L’intérieur de la Recevresse, abrite dans une profonde niche ogivale, comme jadis, une statue en bois datant de 1803 et remplaçant celle détruite par la révolution.

 


Les menottes au-dessus de la statue ont été placées là par des prisonniers en signe de reconnaissance à Notre-Dame d’Avioth pour leur délivrance.

Sa reproduction, grandeur nature, se trouve au musée des monuments français à la Cité de l'architecture

et du patrimoine à Paris. 

  

Gargouilles fort impudiquement et virilement sexuées. 

Mais cela n'a rien d'étonnant quand on sait que les gargouilles avaient, outre la fonction de préserver les murs des dégâts de l'eau de pluie, la mission d'éloigner le mal des églises, de faire fuir les esprits malins d'où leur aspect terrifiant.

Mais comme dans tout édifice gothique ou rien n’est dû au hasard et où chaque sculpture renferme un sens caché ou ésotérique, les gargouilles vont elles aussi se voir attribuer un rôle.

Placées au bord des toits des cathédrales et donc en contact avec l’extérieur, elles auront pour mission symbolique de rappeler que le Bien se trouve à l’intérieur de l’Eglise, leur aspect peu engageant ayant pour but de maintenir éloigné de ces lieux consacrés le Mal, les non-chrétiens ou plus généralement les ennemis de Dieu. Elles étaient en quelque sorte les Gardiens du Temple rappelant aux fidèles que rien ne les menacerait à l’intérieur puisque l’esprit du Malin serait énergiquement maintenu à l’extérieur.

 Deux tombes de l'ancien cimetière autour de la basilique.


Tous les 16 juillet, un pèlerinage international séculaire se termine à la basilique.

En 1993, le pape Jean-Paul II a reconnu l'importance de la procession en accordant à l'église le titre de basilique. Notre-Dame d'Avioth ayant été invoquée sous le vocable de " Patronne des Causes désespérées ", les grands malades étaient très nombreux à venir prier pour implorer la guérison dès le Moyen Age. Le baptème des enfants morts-nés a également été pratiqué ici.

Par ailleurs, tous les ans au mois de juillet, les Artistiques d'Avioth est une fête médiévale qui présente des artisans d'art.

 


 Aujourd’hui, encore, on se demande, pourquoi avoir édifié une telle basilique, en plein milieu d’un village ?


 

 

 

 

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires (3)

1. Brigitte Vanderhaegen-Limage 24/04/2014

Très beau reportage,même si je suis plus sensible à la nature qu'aux batiments en général ,c'est la photographe qui fait la différence !ergote

2. christiane Broeders 24/04/2014

Bravo Nicole.... superbe comme toujours.... Merci pour ce beau reportage... J'admire ton travail.... Bizzzzzzzz

3. pascal gatto 23/04/2014

Ce reportage ma émue , car voir une telle basilique qui est restée aussi magnifique , c'est qu'elle a une part de magie,ce reportage de donne une envie de croire et de lui donner un peu pour la remercier .bravo au artisant pour ce beau travail. MERCI beaucoup.

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site